EconomieScience & santé

Le coût exorbitant des embouteillages

Repéré par Eric Leser, mis à jour le 22.02.2015 à 8 h 40

Repéré sur The Economist, INRIX, Le Monde

Embouteillage près de Bordeaux. Regis Duvignau / Reuters

Embouteillage près de Bordeaux. Regis Duvignau / Reuters

En dépit de l’importance de cette industrie pour l’économie française et l’emploi, l’automobile est considérée en France par les pouvoirs publics à la fois comme une vache à lait et une nuisance. En témoigne les niveaux de taxes, notamment sur les carburants, la politique répressive de sécurité routière avant tout centrée sur la vitesse et les contraintes grandissantes visant à éloigner les voitures du centre des villes.

Pourtant pour la collectivité, le coût en terme économique et de pollution le plus élevé lié à l’automobile est celui… des embouteillages. Cela signifie que s’il faut chasser les voitures des centres villes, s’il faut faire retirer de la circulation les véhicules les plus polluants, il serait tout aussi bénéfique si ce n’est plus de réduire les embouteillages et d’améliorer pour cela les infrastructures routières et la circulation. Il s’agirait en outre d’investissements créant de l’emploi et rentables sur le plan économique et sur celui de la santé de la population.

Comme l’explique un article de The Economist, «les causes des embouteillages sont bien comprises (accidents, infrastructures insuffisantes, heures de pointe et variations trop importantes des vitesses de circulation sur des routes encombrées). Mais quel est le coût du temps du temps perdu?». Et il faut ajouter aux millions d’heures gâchées, la consommation supplémentaire de carburant, l’augmentation du coût des transports de marchandises et de personnes, la pollution supplémentaire et les conséquences pour la santé.

INRIX, une société spécialisée dans l’analyse du transport routier et de l’urbanisme a calculé l’impact économique des embouteillages en Angleterre, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Il est considérable. Ils ont évalué trois coûts différents: la baisse de productivité de l’économie, l’augmentation du coût des transports et des biens et le coût équivalent carbone de la pollution. En 2013, cela représentait 200 milliards de dollars dans les quatre pays étudiés. Et comme la construction de routes ou leur modernisation continue à ne pas suivre la demande, ce coût devrait approcher les 300 milliards de dollars en 2030. Et deux-tiers de ces coûts sont liés au gaspillage de temps et de carburant qui seraient bien mieux employés ailleurs.

Ce calcul général masque des différences importantes selon les pays. Aux Etats-Unis, le coût moyen annuel des embouteillages pour un foyer possédant une voiture est de 1 700 dollars, en France il est de 2 500 dollars (2 000 euros).

En France, la facture annuelle se chiffre ainsi à 17 milliards d'euros et la même étude prévoit une augmentation de 30% dans les quinze prochaines années, la facture atteignant 22 milliards d'euros en 2030. Aujourd’hui en France, chaque jour, 46 millions d'euros partent en fumée au sens propre et figuré.

Décongestionner les routes devrait donc être une priorité dans les années à venir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte