Monde

Des soldats ukrainiens ont reçu un SMS qui prouve que la paix est encore loin

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 17.02.2015 à 8 h 32

Repéré sur The Guardian, Libération, Gawker, Vocativ

Des membres des troupes ukrainiennes sur un véhicule militaire près de Debaltseve, le 16 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich

Des membres des troupes ukrainiennes sur un véhicule militaire près de Debaltseve, le 16 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich

Entré en vigueur dimanche 15 février, le cessez-le-feu décidé à Minsk (Biélorussie) est «globalement respecté» entre les autorités ukrainiennes et les rebelles prorusses. Mais les combats continuent autour de la ville de Debaltseve, encerclée par les rebelles prorusses, comme le souligne Libération. Et les soldats ukrainiens ont reçu un SMS qui prouve que la paix est encore loin.

Un soldat ukrainien, qui se fait appeler Andrei, a montré à l’envoyé spécial du Guardian en Ukraine un texto envoyé à des téléphones dans toute la région de Debaltseve, ce dimanche 15. Destiné aux troupes ukrainiennes, le SMS leur annonçait qu’elles avaient été trahies et que les soldats ne seraient pas tués s’ils se rendaient. Andrei a affirmé ne pas connaître l’émetteur du message.

Alec Luhn, le journaliste du Guardian présent sur place, a confié à Gawker l’intégralité du texto:

«Parasha nous a trahi. C’est un putain de mensonge il n’y a pas d’encerclement. Nous nous rendons aux hommes de Donetsk. La captivité, pas la mort.»

«Parasha», comme l’explique Gawker, fait référence au président ukrainien Petro Porochenko et «les hommes de Donetsk» sont les troupes séparatistes qui assiègent Debaltseve depuis des semaines.

Située entre Donetsk et Lougansk, Debaltseve est un noeud de communication entre les deux villes séparatistes prorusses. Le plus gros des combats ukrainiens se concentrent sur cette région stratégique.

Devant les bombardements orchestrés par les séparatistes pro-russes qui ont recommencé autour de la ville six heures après le cessez-le-feu, Andrei a confié au Guardian:

«Ici, il n’y a pas de cessez-le-feu.»

Les soldats ukrainiens ont affirmé qu’ils ne tiraient pas, mais selon Alec Luhn, des tirs semblaient répondre à certains bombardements à l’est de Lougansk.

L’armée ukrainienne a annoncé qu’elle respectait le cessez-le-feu mais riposterait si jamais les séparatistes bombardaient une zone habitée. La République de Donetsk (partie sécessionniste aux mains des prorusses), affirme quant à elle que les forces de Kiev ont bombardé deux zones contrôlées par les rebelles une heure après le début de la trêve.

Vocativ rappelle que Petro Porochenko a affirmé samedi 14 février que si les troupes ne respectaient pas le nouveau cessez-le-feu, il imposerait la loi martiale dans toute l’Ukraine. En septembre 2014, les premiers accords de Minsk n’avaient pas tenu.

Une première version de cet article localisait par erreur la ville de Minsk en Ukraine. Elle est en réalité située en Biélorussie.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte