CultureEconomieMonde

Pour attirer les Chinois, le Royaume-Uni donne un nom mandarin à ses attractions touristiques

Repéré par Bénédicte Le Coz, mis à jour le 17.02.2015 à 11 h 00

Repéré sur Independent, Quartz

Des touristes chinois pendant une traversée de la Tamise, Londres, le 25 juillet 2005. REUTERS/Paul Hackett

Des touristes chinois pendant une traversée de la Tamise, Londres, le 25 juillet 2005. REUTERS/Paul Hackett

Visit Britain, l’office du tourisme britannique, a décidé de donner un nom chinois à plusieurs destinations touristiques du pays afin de les rendre plus attractives pour les touristes chinois, explique Quartz.

L’office du tourisme a sélectionné 101 lieux touristiques, évènements ou mets culinaires symboliques du Royaume-Uni et a invité, via les réseaux sociaux Weibo et WeChat, la population chinoise à leur choisir des noms. Visit Britain encourageait notamment les participants à donner des noms explicites, explique le DailyMail.

C’est de cette façon que le Géant de Cerne Abbas a été renommé «le grand streaker blanc» (Bai Se Da Luo Ben). Le village gallois Llanfairpwllgwyngyll (ou Llanfair­pwllgwyngyll­gogery­chwyrn­drobwll­llan­tysilio­gogo­goch) obtient le nom de «village des poumons en bonne santé» (Jian Feu Cun) puisqu'il est presque impossible de le prononcer d'une traite sans respirer. The Shard, anciennement appelé The London Bridge Tower, devient la «tour nous permettant de décrocher des étoiles du ciel» (Zhai Xing Ta), relate Metro, qui précise que la liste complète sera révélée en mars.

Les gérants de ces attractions seront «encouragés à utiliser leur nouveau nom chinois sur leur site Internet, ainsi qu’à ajouter une pancarte en chinois sur leur propriété afin d’accueillir un grand nombre de locuteurs cantonais ou mandarins», ajoute The Independent.

La manœuvre est astucieuse, selon Quartz. En effet, la Chine représente l’un des marchés les plus croissants pour le commerce touristique au Royaume-Uni.

«Entre 2009 et 2013, le niveau de consommation des touristes chinois a augmenté en moyenne de 94 millions de livres par an (approximativement 127 millions de livres).»

Ainsi en 2013, la Grande-Bretagne a accueilli 196.000 touristes chinois, qui ont dépensé autour de 492 millions de livres (663 millions d’euros), d’après the Independent.

Et pourtant, jusqu'en octobre 2013, la complexité des procédures pour l'obtention d'un visa rebutait la majorité des touristes chinois qui préféraient s’aventurer ailleurs, en France par exemple. Depuis, les règles ont été simplifiées, note The Independent. Visit Britain compte, de ce fait, doubler la valeur de son marché chinois d’ici 2020.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte