Égalités / Économie / Monde

Qatar Airways interdit encore à ses hôtesses de l'air de se marier

Temps de lecture : 2 min

Une hôtesse de Qatar Airways au Farnborough Airshow en Angleterre le 10 juillet 2012. REUTERS/Luke MacGregor.
Une hôtesse de Qatar Airways au Farnborough Airshow en Angleterre le 10 juillet 2012. REUTERS/Luke MacGregor.

Vous avez sûrement déjà vu une des pubs de la compagnie aérienne Qatar Airways. Celle-ci se targue d’être une «compagnie 5 étoiles». Sauf que, comme remarque le Washington Post, on ne peut pas en dire autant de son règlement intérieur. Les hôtesses de l’air de la compagnie nationale du Qatar doivent par exemple demander la permission à leur direction pour pouvoir se marier.

D’après la Fédération internationale des ouvriers du transport, les hôtesses de l’air ne peuvent être embauchées par Qatar Airways que si elles sont célibataires. En signant un contrat, elles s’engagent à le rester 5 ans et si elles souhaitent se marier, elles doivent demander l'autorisation. Une grossesse peut même être un motif de licenciement aux yeux de la compagnie aérienne.

Il n’en fallait pas plus pour que le site américain Think Progress qualifie ces règles comme «venant directement des années 1960». Et c’est d’autant plus choquant que Qatar Airways a été désignée 2e meilleure compagnie aérienne au monde en 2014.

Comme l’explique le Washington Post, Qatar Airlines n’est pas la seule compagnie aérienne du monde à posséder un règlement intérieur d’un autre âge. C’est notamment le cas de China Southern Airlines, qui tous les ans, produit un concours télévisé sur le modèle de la Nouvelle Star dans le but de trouver de nouvelles hôtesses. Le show inclut même un passage en maillot de bain.

La compagnie coréenne Asiana Airlines impose elle des règles strictes quant à la longueur des ongles de ses hôtesses, la couleur de leur maquillage et même leur coiffure. Selon le Washington Post, il aura fallu une décision de la commission des droits de l’homme coréenne pour que la compagnie autorise ses employées à porter autre chose que des robes.

Ces règles n’ont toutefois pas grand-chose à voir avec celles mises en place par Qatar Airways. C’est ce qu’expliquait à Reuters Gabriel Mocho, le secrétaire pour l’aviation civile de la Fédération internationale des ouvriers du transport:

«Le traitement des salariés de Qatar Airways va beaucoup plus loin qu’une question de différence culturelle. Quand on en vient au droit des femmes, c'est le pire de toutes les compagnies aériennes.»

Ces accusations sont balayées par la compagnie qatarienne. En mars 2014, Akbar al Baker, le président de la compagnie qatarienne, défendait ses règles:

«Si vous postulez à un emploi chez Qatar Airways, nous vous donnons un document qui indique les règles et règlements. Si vous, en temps qu’individu adulte, acceptez ces conditions, alors vous ne devriez pas vous plaindre.»

Slate.fr

Newsletters

Les féministes divisées avant la marche du 24 novembre contre les violences sexuelles

Les féministes divisées avant la marche du 24 novembre contre les violences sexuelles

S'il y a toujours eu des divisions, le paysage actuel est beaucoup plus éclaté que dans les années 1970, avec une multitude d'associations aux revendications spécifiques.

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Prolétariser ses origines sociales permet de mettre en valeur une trajectoire individuelle soi-disant liée au mérite, ou à une maîtrise polyvalente des différents codes et des rites sociaux.

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Dans une culture du «pas de gros, pas de folles», plaider pour la gentillesse sur les plateformes de rencontre pourrait bien constituer un geste radical.

Newsletters