Sciences

«Un point bleu pâle»: la photo historique de la Terre vue de l'espace a 25 ans

Temps de lecture : 2 min

C'est Carl Sagan qui avait demandé à ce que cette photo soit prise.

Un point bleu pâle / Nasa via Wikimedia Commons
Un point bleu pâle / Nasa via Wikimedia Commons

Le 13 février, on fêtait le 25e anniversaire d'une des photographies les plus iconiques de l'histoire: la Terre, vue depuis six milliards de kilomètres, prise par la sonde spatiale Voyager 1.

C'est Carl Sagan qui avait demandé à ce que cette photo soit prise, et la Nasa avait alors ordonné à la sonde de tourner sur elle-même pour que cela puisse se faire. Cela n'avait encore été jamais fait à cette distance. Et comme la chance était avec eux, la lumière du Soleil s'est éparpillée à l'intérieur de l'appareil, ce qui a créé ces jolies rayures sur l'image. Par hasard, l'une d'entre elles a recouvert le tout petit pixel qui représentait notre planète.

Cette image a inspiré l'un des plus beaux et émouvants passages que j'ai jamais lu. C'est de Carl Sagan et s'appelle «Réflexions sur un grain de poussière», aussi connu sous le nom de «Un point bleu pâle».

«La Terre est jusqu'à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n'y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Y aller pour visiter, oui. S'installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment, c'est sur Terre que nous prenons position.

On a dit que l'astronomie incite à l'humilité et fortifie le caractère. Il n'y a peut-être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue.»

Ceci est seulement un extrait. Vous pouvez lire le reste ici.

Son message était tellement fort qu'il a inspiré des gens à créer des œuvres d'art. Et après toutes ces années, ces mots résonnent aussi fort qu'ils résonnaient déjà dans les années 1990.

Newsletters

«Nous nous câlinons la nuit lorsque la maison dort»

«Nous nous câlinons la nuit lorsque la maison dort»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Yaël, qui vit une histoire cachée avec le fils de la compagne de son père.

Vivre quand on n'a pas le sens de l'orientation

Vivre quand on n'a pas le sens de l'orientation

Pour celles et ceux qui souffrent de désorientation topographique, les déplacements ordinaires sont extraordinairement difficiles.

Les chiens améliorent le développement psychologique des enfants

Les chiens améliorent le développement psychologique des enfants

Et minimisent les risques que les plus jeunes aient des problèmes de comportement.

Newsletters