Attaques de Copenhague: «les communautés juives européennes sont en danger de mort»

Un homme dépose des fleurs devant la synagogue de Copenhague victime d'une attaque dans la nuit du 14 au 15 février 2015. REUTERS/Michael Bothager/Scanpix Denmark.

Un homme dépose des fleurs devant la synagogue de Copenhague victime d'une attaque dans la nuit du 14 au 15 février 2015. REUTERS/Michael Bothager/Scanpix Denmark.

La presse israélienne et les dirigeants de la communauté juive s'inquiètent au lendemain de la double attaque sur la capitale danoise.

«Les journalistes, et spécialement les caricaturistes qui ont publié dans le passé des dessins du prophète Mahomet, sont en danger de mort en Europe, et c'est aussi le cas des communautés juives locales», écrit le quotidien de gauche israélien Haaretz au lendemain de la double attaque qui a fait deux morts et cinq blessés à Copenhague (Danemark), touchant un centre culturel où avait lieu un débat sur la liberté d'expression et une synagogue, un mois après les attaques commises en Ile-de-France:

«Pour un certain type de meurtrier, voici les victimes les plus évidentes –des journalistes et artistes précis, vus comme attaquant les symboles de l'Islam, et des juifs "pris au hasard". Il faut un certain degré de sophistication et d'information pour localiser le premier type de cibles; pour le second, rendez-vous simplement à la synagogue ou au magasin casher le plus proche.»

La victime de la fusillade contre la synagogue, Dan Uzan, 37 ans, gardait l'entrée d'une bar-mitzvah à laquelle assistaient environ 80 personnes. Il travaillait depuis vingt ans pour des institutions juives danoises. «Je suis choqué. Il n'y a jamais eu autant de policiers, tous lourdement armés, dans la rue près de la synagogue, et malgré cela un homme tire dessus», a réagi le dirigeant de la communauté juive locale, Dan Rosenberg Asmussen.

«Le Danemark a échoué envers ses citoyens juifs et la société tout entière. L'Europe a une nouvelle fois échoué», ajoute Haaretz, en s'interrogeant sur le «dilemme» auquel font aujourd'hui face les Européens de confession juive: rester ou partir? Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en campagne pour sa réélection, a d'ailleurs appelé dimanche à une «émigration massive» vers Israël des Européens de religion juive, suscitant une réplique de son homologue français Manuel Valls, qui a exhorté les Français de confession juive à rester et a regretté les propos de Benjamin Netanyahou, attribués au contexte de campagne électorale.

«Les gouvernements européens devraient reconnaître que nous faisons face à une nouvelle et brutale vague d'antisémitisme et de violence. Il est crucial pour l'Europe d'affronter cette menace croissante», a déclaré le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder, tout en faisant part de sa «confiance» envers le gouvernement danois. L'ambassadeur du Danemark en Israël, Jesper Vahr, a lui qualifié l'attaque contre la synagogue de «totalement non-Danoise», expliquant que son pays accordait la plus grande importance à la «sécurité» de ses citoyens de confession juive.

Selon le site Ynet, le Danemark compte 7.000 citoyens de religion juive, dont 5.000 environ vivent à Copenhague.

Partager cet article