«Je suis fatiguée que l’on vienne me dire à quoi doit ressembler mon dimanche», lance une députée PS à l'Assemblée


Travail du dimanche : le coup de gueule de... par LCP

Les dispositions contestées de la loi Macron sur le travail dominical ont été adoptées samedi. Le vote sur le texte en première lecture aura lieu mardi après-midi.

Lors de l'examen à l'Assemblée nationale de la loi Macron, la députée PS des Pyrénées-Atlantiques Colette Capdevielle s'est lancée dans une tirade remarquée, samedi 14 février, sur l'ouverture des magasins le dimanche:

«Je suis un petit peu fatiguée que l’on vienne me dire aujourd'hui ce que doit être mon dimanche. D'un côté, hier, on me parle de spiritualité le dimanche; d'un autre, on me dit, et je le lis dans des amendements: "Le dimanche devrait être destiné à la vie associative, culturelle, familiale, politique et sportive". On va bientôt me dire et m'écrire dans des amendements ce que doit être mon lundi, mon mardi, et qu’en est-il de mon mercredi après-midi? Et de mon jeudi matin? Que faut-il que je fasse?

 

Eh bien moi, voyez-vous, je suis pour une liberté totale! Je suis un petit peu fatiguée également que l’on vienne me dire, et je l’ai entendu hier dans ce débat très germanopratin, très parisien, qu'aller au marché –bio, bien sûr– le dimanche, c'est tout à fait convenable, qu'aller au restaurant et au musée, c'est très bien; on va même nous proposer et nous dire que ce serait formidable d’ouvrir les bibliothèques. Par contre, ces provinciaux et ces ploucs de province, eux, ils vont dans les jardineries et les supermarchés, et ce ne serait pas bien. Franchement, je le dis, j'en ai assez, véritablement assez d'entendre cela.»

L'élue a fait part de son «enthousiasme» sur le texte, «en particulier sur l’article 80», qui prévoit de modifier le code du travail pour permettre l'ouverture des commerces de détail, non plus cinq dimanche par an mais douze, après avis du conseil municipal et de l'organisme de coopération intercommunale. Un discours qui n'a pas fait l'unanimité au sein de son propre camp, suscitant, selon le compte-rendu officiel de l'Assemblée nationale, des «mouvements divers sur les bancs du groupe SRC», avec des réactions tour à tour positives et critiques de ses membres.

L'assouplissement du nombre de dimanches travaillés par an a été adopté samedi, mais est contesté par plusieurs dizaines de députés PS, ainsi que par les autres partis de gauche. Le député socialiste de la Nièvre Christian Paul a ainsi craint une «déstructuration de la vie familiale» tandis que la communiste Jacqueline Fraysse a prédit «une banalisation» du travail dominical. Le vote en première lecture de l'ensemble de la loi Macron est prévu mardi 17 dans l'après-midi.

Partager cet article