Culture

A vendre, maison de Ian Curtis, 115.000 livres sterling

Temps de lecture : 2 min

La maison du 77 Barton Street à Macclesfield. Photo: RightMove.
La maison du 77 Barton Street à Macclesfield. Photo: RightMove.

C'est sans doute une bonne affaire pour un fan de rock à l'esprit un peu mortuaire: l'ancienne maison de Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, est en vente, rapporte le NME. Il en coûtera au moins 115.000 livres sterling (environ 155.000 euros) pour qui souhaitera acquérir cette «maison de caractère à double entrée» et à deux chambres située au 77 Barton Street, à Macclesfield, à côté de Manchester. C'est là que, le 18 mai 1980, à quelques jours d'une tournée américaine, le jeune chanteur s'était pendu dans la cuisine au petit matin, après une nuit passée à regarder Stroszek de Werner Herzog et écouter The Idiot d'Iggy Pop.

On peut voir la maison dans le film Control d'Anton Corbijn, qui l'a utilisée comme décor. Comme l'explique le site Gigwise, les autres membres de Joy Division s'étaient émus l'an dernier du mercantilisme mortuaire autour de Ian Curtis quand l'ancienne table de la cuisine du chanteur avait été mise en vente sur eBay pour plusieurs milliers de livres.

Slate.fr

Newsletters

«La Tendre indifférence du monde» et «Dakini», beautés lointaines

«La Tendre indifférence du monde» et «Dakini», beautés lointaines

Ce mercredi 24 octobre sortent sur les écrans deux très beaux films. Découverts dans des grands festivals, ils sont originaires de pays d’Asie qui n’occupent pas souvent l’affiche.

De retour du Paris Podcast Festival

De retour du Paris Podcast Festival

Un épisode un peu spécial de l'Agenda du Loisir Français cette semaine. De retour de Paris, Henry Michel nous raconte son expérience du premier festival dédié au podcast natif, en présence de toute la grande famille du podcast français. Alors non,...

Mon petit chat est mort

Mon petit chat est mort

[Blog, You will never hate alone] Je ne sais pas s'il m'aimait, et à dire vrai, je m'en fiche royalement. Je sais seulement que tous les deux, nous étions inséparables.

Newsletters