Monde

En Russie et en Grèce, le populisme face à la complexité du monde

Eric Le Boucher, mis à jour le 15.02.2015 à 8 h 34

Les populistes au pouvoir paient cher leur refus de voir la réalité en face. L'esprit de compromis doit reprendre sa place afin de trouver les bonnes solutions en mariant austérité et relance.

Alexis Tsipras, le 12 février 2015 à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir

Alexis Tsipras, le 12 février 2015 à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir

La première caractéristique du monde actuel est sa complexité. La deuxième caractéristique est que cette complexité provoque un partage en deux: entre ceux qui la reconnaissent et qui s'essaient à l'analyse détaillée, au compromis et à l'humilité et ceux qui la nient et qui embobinent les opinions par des discours simplistes. Ces derniers ont, aujourd'hui, le vent en poupe dans toute l'Europe, significativement d'Athènes à Moscou. Ici, on accuse la troïka; là, un «complot américain».

Poutine maintient l'économie russe hors du XXIe siècle

On ne sait si Vladimir Poutine va se contenter de la Crimée et du Donbass ou s'il poussera son avantage pour agrandir encore ce qu'il considère comme l'«espace russe». En tout cas, il paie très cher son gain géographique ridiculement modeste: une récession, une fuite des capitaux, une chute des investissements et, plus globalement, le renvoi à toujours plus tard d'une économie russe réformée, diversifiée, efficace et innovante, bref l'entrée de son pays dans la modernité du XXIe siècle.

L'enjeu de la guerre en Ukraine est aussi, précisément, d'empêcher que ce pays parvienne, avec l'appui européen, à rompre enfin avec le modèle de népotisme et de corruption généralisée en place depuis la chute du Mur dans toute la région. Si la révolution «européenne» réussissait à Kiev, comme elle a réussi à Varsovie, cela pourrait évidemment séduire dangereusement les Russes...

En Grèce, il n'est pas question de guerre, fort heureusement, mais de rude «confrontation».

Syriza promettait de renverser la table: on allait voir ce qu'on allait voir. Il fallait, il suffisait, de mettre dehors la vieille classe politique de gauche et de droite, de briser les tabous «libéraux» et d'imposer la force du «peuple» aux diktats «austéritaires» de Bruxelles, Francfort et Washington. Le tout dit, parfois, sur le ton de l'insulte. 

Les Grecs face à la réalité

Ce discours brutal simpliste s'est vite heurté à la complexe réalité. Sitôt élu, Aléxis Tsípras a dû abandonner sa première revendication: la restructuration de la dette grecque par l'abandon d'une moitié des créances. Syriza ignorait-il que cette dette n'était pas détenue par de méchants «spéculateurs» mais par le FMI, dont les statuts interdisent toute remise de dette, et par les autres pays européens, au travers des mécanismes de solidarité mis en place justement pour aider la Grèce? Conséquence: en cas d'effacement de la dette, ce serait aux contribuables français, espagnols, baltes de payer pour les contribuables fraudeurs grecs. Monsieur Tsípras a reconnu que c'était impossible et il a abandonné ce pilier de son programme.

Pour le reste, idem: le fanfaron ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a sorti quelques idées faussement pensées (comme des obligations gagées sur la croissance ou des dettes «perpétuelles») pour s'apercevoir qu'elles ne résolvaient en rien les problèmes d'aujourd'hui. Il demande, désormais, six mois pour présenter un nouveau plan et des prêts relais pour passer les échéances de remboursement d'ici là. Mais il s'agit de prêts «hors programme de la troïka», en clair sans conditions, ce que les partenaires refusent, bien évidemment.

Yánis Varoufákis peine à indiquer le sens général de ce qu'il veut aujourd'hui et de ce qu'il donne en échange, notamment concernant les réformes. Le dialogue ne passe plus entre un gouvernement au discours électoral inapplicable et des partenaires européens agacés autant par les discours de confrontation que par l'impréparation concrète de Syriza, dont le «sérieux» des propositions, salué trop vite par la gauche en Europe et aux Etats-Unis, s'est vite démonté.

L'esprit de compromis va revenir à Athènes, il faut l'espérer. Une solution sera trouvée, acceptable et positive pour les Grecs.

Mais la leçon devrait être méditée par ceux qui se laissent tentés par les «y'a qu'à» populistes: l'exercice des responsabilités appelle à se méfier des simplifications et, au contraire, à l'examen pragmatique dans les détails.

La bonne radicalité n'est pas de remplacer l'austérité par la relance, mais de marier fortement les deux

 

Aléxis Tsípras n'a pas tort sur le principe de vouloir remettre à plat la politique d'austérité de la troïka et de demander à réexaminer l'endettement de son pays. Mais il lui a fallu, d'abord, admettre que l'aide reçue par la Grèce a été sans précédent historique, 100% du PIB, et que la volonté de contrôle des créanciers auprès d'un gouvernement grec à la tradition de triche est légitime.

Il eût fallu rentrer beaucoup plus dans les bilans des politiques d'ajustement, faire la part de ce qui a échoué (la croissance, l'emploi, la répartition des sacrifices, la baisse de la dette) et de ce qui a réussi (un regain de compétitivité).

Une vraie politique «radicale» de gauche devait porter autant sur le réglage budgétaire accommodant que sur la mise en place de réformes catalyseurs de croissance. Dans ce cadre, Syriza a raison de se vanter de renverser la table politique et de mettre dehors des partis traditionnels rongés par le clientélisme et le manque de courage… mais à la condition de s'y mettre!

Le débat économique européen entre une Allemagne à qui on demande une politique budgétaire de relance et une France à qui on demande des réformes, plus de Keynes ici, plus de Ricardo-Schumpeter là, se retrouve à Athènes: ses partenaires seront enclins à apporter de nouvelles aides si et seulement si Aléxis Tsípras engage les réformes de structure repoussées par ses prédécesseurs.

La bonne radicalité n'est pas de remplacer une politique de l'offre par une politique de la demande, l'austérité par la relance mais, en plongeant dans la complexité du réel, de marier fortement les deux.

Article également publié dans Les Echos

 

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte