Tech & internetMonde

La Chine crée un hymne en hommage à la censure sur Internet

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 13.02.2015 à 16 h 32

Repéré sur Popsci, Sinosphere, The Wall Street Journal, The Guardian, Reporters Sans Frontières

L’agence chinoise de censure du web a présenté un hymne intitulé Cyberspace Spirit (L’esprit du cyber espace) lors de la Célébration consacrée à Internet pour la nouvelle année lunaire. Un site chinois a publié les paroles de cette chanson, traduites ensuite en anglais par le Wall Street Journal et Sinosphere (The New York Times). Voici la traduction française faite à partir de ces deux versions:

在这片天空日月忠诚的守望
Surveillant fidèlement le ciel, le soleil et la lune

为日出东方使命担当
Entreprenant cette mission dès le lever du soleil (à l’Est)

创新每个日子拥抱着清朗

Innovant, embrassant chaque jour clarté et éclat

像一束廉洁阳光感动在心上
Tel un rayon de soleil incorruptible, touchant nos cœurs

团结万物生长的力量

Unis par le pouvoir de la vie qui vient de toute création

奉献地球村成为最美的风光
Dévoués à faire du village global le plus beau des paysages

 

网络强国 网在哪光荣梦想在哪
Pouvoir d’Internet! Le Web est là où sont les rêves glorieux

网络强国 从遥远的宇宙到思念的家
Pouvoir d’Internet! Du lointain cosmos jusqu’à la maison que l’on languit

网络强国 告诉世界中国梦在崛起大中华
Pouvoir d’Internet! Dites au monde que le rêve chinois fait grandir la Chine

网络强国 一个我在世界代表着国家
Pouvoir d’Internet! Chaque personne représente la Nation aux yeux du monde 

 

在这个世界百川忠诚寻归海洋
Dans ce monde toutes les rivières retournent loyalement à la mer

担当中华文明的丈量
Ayant la mesure de la civilisation chinoise

五千年沉淀点亮创新思想
Qui depuis 5.000 ans impose et illumine une nouvelle manière de penser

廉洁就是一个民族清澈荡漾

L’incorruptibilité est est l’ondulation claire de la nation

我们团结在天地中央
Nous nous unissons entre les cieux et la terre

信仰奉献流淌万里黄河长江

La foi et la devotion coulent sur des milliers de kilomètres le long du fleuve jaune et du Yangze

 

网络强国 网在哪光荣梦想在哪
Pouvoir d’Internet! Le Web est là où sont les rêves glorieux

网络强国 从遥远的宇宙到思念的家
Pouvoir d’Internet! Du lointain cosmos jusqu’à la maison que l’on languit

网络强国 告诉世界中国梦在崛起大中华
Pouvoir d’Internet! Dites au monde que le rêve chinois fait grandir la Chine

网络强国 一个我在世界代表着国家
Pouvoir d’Internet! Chaque personne représente la Nation aux yeux du monde 

Sinosphere, un blog du New York Times, explique que les paroles de l’hymne en hommage à la «Grande Muraille pare-feu de Chine» ont été écrites par la même personne que l’hymne des Jeux olympiques de 2008, Wang Pingjiu, et arrangé par Zhao Jialin, qui faisait partie de l’équipe ayant réalisé Little Apple, un tube chinois: 


Chantée en public par toute une chorale et quatre chanteurs solistes tous membres de l’agence de censure du Net, l’hymne a n'a pas tardé à être critiqué. Le Wall Street Journal rapporte quelques commentaires acerbes des utilisateurs de Weibo, le Twitter chinois. 

«Super flippant. Pendant une minute c’était comme si j’avais été téléporté du XXIe siècle au XVIIe

The Guardian reprend les propos de China Radio Internationnal, qui raconte que Lu Wei, le «tsar d’Internet» du pays, a déclaré durant la célébration que la Chine allait fermement protéger sa «cyber souveraineté»

«C’est seulement lorsque tous les pays se seront acquittés de leur devoir en s’occupant de la sécurité du cyber espace que nous notre cyber espace partagé sera mieux protégé et plus ordonné. Donc, ce dont nous avons besoin, c’est de respect et de soutien mutuel.»

Selon Amnesty International, la Chine est le pays avec «le plus grand nombre de journalistes et de cyber-dissidents emprisonnés au monde». The Guardian souligne que pour Jörg Wuttke, président de la chambre de commerce européenne en Chine, affirme que ce contrôle d’Internet «peut étouffer la croissance des entreprises, les investissements dans les domaines de la technologie et de la recherche et développement, des domaines cruciaux pour le développement de la Chine».

Ce contrôle ne devrait pas s’adoucir tout de suite, puisqu’à partir du 1er mars, les internautes chinois seront obligés d’utiliser leurs vrais noms (et pas des pseudos), comme l'explique le Register. Les comptes parodiques seront aussi supprimés sur les réseaux, ainsi que les commentaires dans les articles d’actualité. 

Un rapport Reporters Sans Frontières sur les ennemis d'Internet faisait état de 30 journalistes et 69 net-citoyens emprisonnés dans le pays en 2013. La Chine était alors à 173e place sur 180 en termes de liberté de la presse. En 2014, elle est descendue à la  175e place. Le rapport cite plusieurs exemples de censure envers des cyber-dissidents, comme l'artiste Ai Wei Wei qui avait tourné en dérision le dispositif de surveillance chinois en se filmant 24 heures sur 24, ou encore Hu Jia, emprisonné pendant 3 ans pour «incitation à la subversion». 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte