Culture

«Cinquante nuances de Grey» interdit aux moins de 12 ans: même Vice est choqué

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 12.02.2015 à 16 h 03

Repéré sur Vice, The Daily Mail, Le Point, RTL

Affiche du film Cinquante nuances de Grey, Universal  via Allocine

Affiche du film Cinquante nuances de Grey, Universal via Allocine

Sorti en France le 11 février, le film Cinquante nuances de Grey est interdit au moins de 12 ans dans nos salles. Une décision qui choque ailleurs dans le monde, où l’adaptation du best-seller d’E.L James est interdite aux moins de 16 ans ou de 18 ans selon les pays, voire bannie, comme en Malaysie. 

Le média Vice s’étonne de la décision prise au sujet de la romance à tendance SM par Jean-François Mary, président de la commission de classification des œuvres cinématographiques du CNC, «un homme qui en a certainement vu et fait beaucoup en son temps». Celui-ci avait déclaré à Première au sujet de Cinquante nuances de Grey:

«C'est vraiment une romance, on pourrait presque dire une bleuette.»

Bleuette ou pas, aux Etats-Unis Cinquante nuances de Grey est classé R, c’est-à-dire interdit aux -17 ans non accompagnés, en raison de son contexte «très sexuel».  Mais il ne s'agit pas du premier film pour lequel la classification française est très souple. Selon Vice: 

«Les Européens, bien évidemment, sont plus laxistes que les Américains au niveau de la nudité. Mais la commission française de classification des œuvres cinématographiques, en particulier, ressemble à un tas de libertins.»

Pour preuve, Vice explique à ses lecteurs notre système qui consiste à interdire des œuvres aux moins de 12 ans, 16 ans, 18 ans (la classification -18 ans pour des oeuvres non pornographiques ayant été réintroduite suite à la sortie, en 2000, du film Baise-moi), assorties parfois d’un avertissement. Le média s'étonne: 

«La liste des films qui sont certifiés tous publics sans avertissement inclut Eyes Wide Shut, Braveheart, Blue Valentine et Mulholland Drive

Le journal britannique The Daily Mail, lui aussi étonné par la décision du CNC au sujet de Cinquante nuances de Grey, rappelle également que le film American Beauty, dans lequel un homme couche avec la meilleure amie de sa fille a été classé tous publics en France. Au Royaume-Uni, il était interdit aux moins de 18 ans non accompagnés d’un adulte. 

En 2013, nous vous racontions une histoire semblable concernant La vie d’Adèle. Le film d'Abdellatif Kechiche avait été interdit aux moins de 12 ans en France mais qualifié NC -17 aux Etats-Unis, c’est-à-dire uniquement autorisé aux adultes. Même si, dans la pratique, les adolescents américains ont pu voir le film.

Idem pour Spring Breakers, à l’avant-première duquel plusieurs adolescentes françaises étaient sorties choquées au milieu du film. Catherine Rochon, rédactrice en chef du site Teemix, avait à l’époque interrogé les actrices du film interdit aux moins de 12 ans en France. Elle avait été très étonnée par le changement de discours des actrices, qui avaient déconseillé à leurs plus jeunes fans de voir le film aux Etats-Unis alors qu’en France elles affirmaient que Spring Breakers était «un film fun, très divertissant».

En revanche, la classification du film Nymphomaniac de Lars von Trier était passée en France de moins de 12 ans à moins de 16 pour le premier volet et de 16 à 18 ans pour le second. 

Si Grazia voit Fifty Shades of Grey comme «un gros roman photo soporifique» et si June déplore l’absence de «parties de jambes en l’air» (qui représentent entre 11 et 20 minutes du film), même en France, la classification du film fait débat. Le Point juge lui aussi qu’on ne ressort de Cinquante nuances de Grey «ni outré ni émoustillé, juste blasé», mais il ajoute:

«Même sans parler de la composante sadomasochiste, on pourrait légitimement se poser la question d'une interdiction aux mineurs puisque Cinquante Nuances de Grey est, de l'avis général, un "soft porn"»

RTL évoque quant à elle une scène de sexe finale «particulièrement rude» dans laquelle l’héroïne «n’en tire aucun plaisir et pleure». La radio rappelle une étude de la commission européenne de 2003 fondée sur la classification de 120 films en Europe et aux Etats-Unis: la France y était vue comme le pays le plus souple en la matière. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte