MondeScience & santé

En 2100, les hivers de New York seront comme ceux du Texas actuel

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 12.02.2015 à 11 h 24

Repéré sur Fast Company

Un peu moins de jours d’hiver ça vous dit? Pour ça, pas besoin de partir très loin, mais plutôt de vous téléporter dans le futur. C’est Fast Company qui a repéré un petit outil de Climate Central qui permet de voir combien les principales villes américaines perdront de jours d’hiver en 2100 à cause du réchauffement climatique.

Les scientifiques de Climate Central ont étudié les changements de températures projetés pour 697 villes aux Etats-Unis. L'étude se fonde sur un maintien des émissions de gaz à effet de serre jusqu'a 2080 et ce qui en ressort est une baisse globale du nombre de nuits en dessous de zéro:

«En fait, plus de 80% des villes que nous avons analysé (593 sur 697) pourraient voir au moins une réduction de 50% du nombre de nuits en dessous de zéro, et plus de 20% (145 sur 697) pourraient voir au moins 75% de réduction.»

Si vous tapez le nom de la ville qui vous intéresse dans le module, celui-ci, en plus de vous donner le nombre de nuits en dessous de zéro prévu pour 2100, vous indique également pour quelle ville on retrouve ce chiffre actuellement. Par exemple, New York, qui est actuellement à 79 nuits en dessous de zéro, verra ce chiffre baisser à 29, soit l'hiver que vivent actuellement les habitants de Killeen au Texas.


Si l’idée d’avoir moins froid peut vous sembler séduisante, Fast Company note que cela risque d’entraîner d’autres problèmes:

«Dans des endroits comme le Colorado ou la Californie, des hivers plus chauds ne vont pas seulement signifier une disparition des pistes de skis; des millions de personnes de l’Ouest américain comptent actuellement sur la neige pour obtenir de l’eau potable. Si c’est de la pluie qui tombe, ou si la neige fond trop rapidement, les réserves d’eau baisseront. Cette sécheresse entraînera une augmentation des feux de forêts.»

Comme l’expliquait The Guardian en octobre dernier, si les température augmenteront également en Europe, cela n'empêchera pas le Vieux continent de connaître le phénomène inverse:

«Le risque d’hivers plus rudes en Europe et en Asie du nord a été doublé par le réchauffement climatique. Même si il est contre-intuitif, ce résultat est causé par le réchauffement climatique qui fait fondre la calotte glaciaire arctique et qui change la configuration des vents –ces derniers poussent donc de l’air froid et de la neige vers le sud.» 

Cela dit, réchauffement climatique veut aussi dire augmentation des températures. L’été dernier, Climate Central proposait d’ailleurs un autre outil qui permettait de comparer les étés actuels américains à ceux de 2100. Si l’on en croit les projections du site, la température moyenne d’aujourd’hui de Chicago de 27,6°C passerait à 34°C. Le climat de l’Illinois se rapprocherait donc du climat actuel du Texas.

Météo France propose également un outil permettant d’observer l’évolution des températures de l'Hexagone au cours des 85 prochaines années. Si l’on prend le scénario optimiste du Giec, les températures estivales devraient augmenter de 5,4°C en moyenne. Avec le scénario le plus pessimiste, l’augmentation serait de 10°C. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte