EconomieTech & internet

Watson, l’intelligence artificielle d’IBM, va apprendre le japonais pour essayer de trouver un emploi

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 11.02.2015 à 12 h 04

Repéré sur IBM, Giga OM

Watson, en 2011. Via Wikimedia Commons.

Watson, en 2011. Via Wikimedia Commons.

Watson, l’intelligence artificielle développée par IBM, va apprendre le japonais. IBM a annoncé un accord avec l’opérateur japonais SoftBank Telecom. Une étape décisive selon le communiqué d’IBM dans l’adoption de «l’informatique cognitive», pour un ordinateur spécialisé dans le langage naturel (c’est-à-dire humain, par opposition au langage informatique) mais jusque-là très occidental, qui va devoir se confronter à une des langues les plus difficiles.

Les deux entreprises vont travailler de concert pour «établir un écosystème solide de partenaires, développeurs, entrepreneurs, investisseurs et universitaires» japonais. L’objectif d’IBM, écrit le site GigaOM, est de rendre Watson opérationnel à travers des applications, des systèmes informatiques ou même des robots, dans des domaines aussi divers que l’éducation, la banque, la santé, l’assurance ou le commerce.

SoftBank sera chargé de la distribution, de la commercialisation et de l'hébergement de la technologie d'IBM.

Le site spécialisé rappelle également les difficultés d’IBM à commercialiser Watson, soit parce que sa technologie n’est pas suffisamment avancée, soit parce que les entreprises américaines n’en ont pas encore besoin, et le marché japonais pourra peut-être offrir un débouché au supercalculateur.

Watson traverse depuis quelques années une phase de questionnement professionnel, entre coups d'éclat en direction du grand public et expérimentations dans divers secteurs d'activité. Le supercalculateur, pionnier de l’analyse de grandes masses de données, avait atteint le pinacle de sa carrière médiatique en 2011, en battant au jeu télévisé Jeopardy! l’humain qui avait gagné le plus de fois. IBM l’avait ensuite lancé dans l’analyse médicale, le gavant d’informations académiques, pour servir d'aide au diagnostic des médecins.

En 2013, IBM annonçait que Watson se lançait sur le marché des centres d'appel, l’idée étant de l’utiliser pour répondre aux questions des clients et de leur faire des suggestions de services.

Début 2015, Watson renouait avec les projets plus glamour en s’associant à l’Institut d’éducation culinaire de New York pour développer des nouvelles recettes en inventant des combinaisons gastronomiques inédites, avec tout de même l’aide en bout de chaîne de chefs humains pour les élaborer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte