Monde

Les Africains de Moscou sont «assiégés»

Temps de lecture : 2 min

Image de une: akk_rus, Flickr, CC
Image de une: akk_rus, Flickr, CC

Presque 60% des Africains et des noirs vivant dans la capitale russe ont déjà été victimes d'agression à caractère raciste, selon une étude de l'aumônerie protestante de Moscou. Un quart des 200 personnes interrogées on déclaré avoir été agressé plus d'une fois, tandis que 80% d'entre eux ont déjà été agressé verbalement.

Les conclusions de l'étude montrent que les Africains vivant en Russie sont dans la peur permanente d'une attaque ou d'une agression. La plupart des Africains interrogés ont déclaré éviter de prendre le métro, de fréquenter les endroits publics pleins de monde et ne pas sortir lors des jours fériés ou les jours de match de football.

Beaucoup d'attaques sont préméditées et extrêmement violentes. Un Nigérian interrogé par la BBC a été poignardé dans le dos à plusieurs reprises et s'est fait tirer dessus. Un autre homme a confié qu'un agresseur avait essayé de le scalper. Il y a officiellement 10.000 Africains à Moscou, sans compter les nombreux clandestins qui y vivent.

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: akk_rus, Flickr, CC

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Au Royaume-Uni, une enquête publique tente de faire la lumière sur les pratiques très controversées de policiers infiltrés auprès de divers groupes militants.

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

La nomination d'Effie Eitam à la tête du Yad Vashem a suscité la colère des historiens et des rescapés de la Shoah.

Newsletters