Tech & internet

Les Etats cherchent à censurer de plus en plus les utilisateurs de Twitter

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 10.02.2015 à 17 h 55

Repéré sur Mother Jones, The Sydney Morning Herald, Twitter, Le Journal du Net

 Capture d'écran du rapport de transparence de Twitter pour juillet-décembre 2014 via Twitter

Capture d'écran du rapport de transparence de Twitter pour juillet-décembre 2014 via Twitter

Dans son nouveau rapport bimestriel, Twitter dévoile que les Etats surveillent de plus en le réseau. Les demandes de suppression de contenus sur Twitter ont augmenté de 84% entre le premier et le second semestre 2014. Quant aux demandes d’informations sur l’origine de tweets ou de comptes, elles ont subi une hausse de 40% sur la même période. 

Le site Mother Jones rapporte que, jusqu’à présent, les Etats-Unis empêchaient Twitter de dévoiler trop d’informations au sujet des demandes d'informations formulées par le gouvernement. Twitter avait d’ailleurs porté plainte à ce sujet en octobre 2014 contre le gouvernement américain en estimant que ces restrictions allaient à l’encontre du droit à la liberté d’expression, comme le souligne le Sydney Morning Herald.

Bien que le procès soit toujours en cours, l’entreprise a été autorisée à publier une version expurgée d’une lettre qu’elle avait préparée à l’intention de ses utilisateurs. Dans cette lettre, publiée par Mother Jones, Twitter donne plus d’informations au sujet des demandes de surveillance des Etats-Unis et  y affirme notamment que les autorisations dont dispose le gouvernement sont «très limitées».

Au niveau mondial,  les Etats-Unis sont les premiers à demander des informations à Twitter, principalement «dans le cadre d’enquêtes criminelles». Le gouvernement américain concentre 56% des requêtes faites à Twitter ce semestre, soit 1.622 sur 2.871. Dans cette catégorie, Twitter précise avoir comptabilisé les demandes autres que celles de gouvernements pour la première fois ce semestre, mais celles-ci sont seulement au nombre de 142 à travers le monde.

Mais le réseau social n’est pas obligé de répondre à ces demandes, bien qu’il envoie des informations aux Etats-Unis dans 80% des cas. A l’inverse, en France, Twitter n’a fourni des informations au gouvernement que dans 13% des requêtes concernant des comptes d’utilisateurs, au nombre de 60 au second semestre 2014.  En Russie aussi, les demandes ne sont acceptées que dans 13% des cas. Le Journal du Net précise que les demandes acceptées correspondent à la promotion de drogues ou à des publications violentes, mais que Twitter a refusé de censurer les tweets de soutient à l'Ukraine et ceux qui critiquent le gouvernement.

La Turquie en tête des demandes de suppression de tweets

En Russie, le réseau social a accepté les demandes dans 13% des cas (promotion de drogues, publications violentes) mais a refusé de nombreuses autres requêtes liées à des critiques du gouvernement ou à des soutiens des manifestations en Ukraine. 

Les Etats-Unis ne sont en effet pas les seuls à surveiller les réseaux sociaux de très près. Ne serait-ce que sur l’année 2014, les demandes de suppression de tweets ont quasiment doublé, passant de 433 à 796. Parmi les pays qui surveillent Twitter, la France a envoyé 35 demandes de suppression entre juillet et décembre 2014 (3 de plus que les Etats-Unis), la Russie 91, et la Turquie 477.

Le Journal du Net rapporte que Twitter a fait appel pour 70% des requêtes portées devant un tribunal en Turquie et n'a gagné que 5% des procès. Un résultat impressionnant alors que le président turc Erdogan vient tout juste de se mettre sur Twitter (ou plutôt de récupérer officiellement un compte auparavant tenu par des partisans, selon Hurriyet Daily News).

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte