Monde

Mutilé par les Talibans pour avoir voulu voter

Temps de lecture : 2 min

Lal Mohammed, un fermier afghan de 40 ans, était déterminé à exercer son droit de vote lors des dernières élections, et a payé sa décision au prix fort. Il s'est fait intercepter par des talibans sur le chemin du bureau de vote et s'est fait passer à tabac puis couper le nez et les deux oreilles.

Son témoignage, publié par The Independent, en fait la première victime médiatisée des rétributions  talibanes contre ceux qui ont enfreint leur ordre de boycotter le vote. Il aide à mieux comprendre pourquoi tant de personnes à travers le pays avaient trop peur pour aller voter.

«De nombreux Afghans éminents et autres personnalités internationales ont encouragé les citoyens à défier les Talibans et à aller voter, écrit le quotidien britannique. Mais, en tant que victime, Mohammed et ses amis affirment qu'ils n'ont reçu aucun soutien officiel.»

Les talibans avaient promis de perturber les élections et de punir les personnes se rendant aux bureaux de vote. La journée des élections a été marquée par de nombreuses attaques dans tout le pays, qui ont fait 26 morts et 80 blessés.

[Lire l'article complet sur independent.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Dans un bureau de vote à Kandahar   Reuters

Slate.fr

Newsletters

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

Newsletters