Monde

Mutilé par les Talibans pour avoir voulu voter

Temps de lecture : 2 min

Lal Mohammed, un fermier afghan de 40 ans, était déterminé à exercer son droit de vote lors des dernières élections, et a payé sa décision au prix fort. Il s'est fait intercepter par des talibans sur le chemin du bureau de vote et s'est fait passer à tabac puis couper le nez et les deux oreilles.

Son témoignage, publié par The Independent, en fait la première victime médiatisée des rétributions  talibanes contre ceux qui ont enfreint leur ordre de boycotter le vote. Il aide à mieux comprendre pourquoi tant de personnes à travers le pays avaient trop peur pour aller voter.

«De nombreux Afghans éminents et autres personnalités internationales ont encouragé les citoyens à défier les Talibans et à aller voter, écrit le quotidien britannique. Mais, en tant que victime, Mohammed et ses amis affirment qu'ils n'ont reçu aucun soutien officiel.»

Les talibans avaient promis de perturber les élections et de punir les personnes se rendant aux bureaux de vote. La journée des élections a été marquée par de nombreuses attaques dans tout le pays, qui ont fait 26 morts et 80 blessés.

[Lire l'article complet sur independent.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Dans un bureau de vote à Kandahar   Reuters

Newsletters

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

Forcées de se prostituer pour payer leurs dettes, ces femmes se sont retrouvées à lutter contre la faim en pleine pandémie, abandonnées par leurs proxénètes et par l’État.

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Newsletters