Tech & internetScience & santé

La meilleure partie de Far Cry 4 d'Ubisoft, ce sont les animaux

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 09.02.2015 à 9 h 34

Repéré sur The Guardian, Kotaku

Vous faites peut-être partie des nombreuses personnes à avoir joué à Far Cry 4. Le dernier jeu de la série développée par Ubisoft, sorti en novembre 2014, a été plutôt bien reçu par la critique. Les environnement y sont magnifiques, l’histoire intéressante, et la maniabilité aux petits oignons… mais ce qui a attiré l’œil du Guardian, ce sont les animaux présents dans le jeu.

Keith Stuart, qui a écrit l’article pour le journal britannique, se montre impressionné par le réalisme du bestiaire du jeu:

«La beauté de Far Cry 4 vient du fait que le règne animal y est un véritable système anarchique. Ceux-ci sont très rares dans le jeu vidéo. Il y a des douzaines d'espèces différentes qui circulent librement dans la nature. Elles ont toutes des comportements qui leur sont propres et elles font ce qu'elles veulent, indépendamment de vos plans en tant que joueur.»

Par exemple, vous pourriez décider d’aller chasser des cochons présents dans une des zones du jeu. C’est ce qu’a fait Keith Stuart. Sauf qu’une fois un des cochons attrapé et tué, le journaliste a eu la surprise de voir un aigle descendre du ciel, attraper le cadavre du porc et repartir avec.

Le journaliste du Guardian nous donne d’autres exemples:

«Une fois, j’ai passé 15 minutes à chercher le bon endroit pour tirer sur un campement ennemi pour finir par être dévoré par des loups tibétains. Je suis aussi tombé d’une tour de radio après avoir été surpris par un serpent.»

Keith Stuart n’est pas le seul à avoir été impressionné par le bestiaire du jeu d’Ubisoft. De nombreuses vidéos ont été mises en ligne depuis la sortie du jeu, comme celle-ci, qui documente la vie «des aigles diaboliques» de Far Cry 4.


Le site américain Kotaku célébrait lui aussi dès novembre la diversité de la vie animale du shooter:

«Les animaux de Far Cry 4 font partie d’un écosystème riche et varié (…). Et puis il y a les éléphants qui sont incroyables. En fait, le seul problème avec ces éléphants, c’est qu’une fois que vous en montez un, vous devez finir par en descendre.»

Au-delà des vidéos amusantes qui peuplent YouTube, le jeu d’Ubisoft doit être salué pour la liberté d’agir dont bénéficie son bestiaire. Techradar expliquait d’ailleurs au moment de la sortie que les développeurs de Far Cry 4 avaient «énormément travaillé sur le réalisme de la faune et la flore».

Pour le Guardian, la gestion anarchique des animaux de Far Cry 4 nous représente la direction que va prendre le gaming dans les prochaines années:

«Pendant des années, le terme “vallée dérangeante” a été utilisé dans les jeux pour décrire le sentiment bizarre que vous ressentiez quand vous êtes face à une représentation d’un visage humain qui n’est pas totalement parfait. (…). La prochaine étape est la “vallée dérangeante” du comportement. Le monde, les gens et les animaux semblent réels, pourquoi, alors, se comportent-ils de façon aussi étrange?»

En résumé, «le futur de tous les jeux est donc un aigle emportant un cochon».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte