Médias

Nouvelle faillite dans la presse américaine

Temps de lecture : 2 min

Le principal journal du groupe Philadelphia Newspapers, le Philadelphia Inquirer, a annoncé ce lundi matin 23 février que son groupe s’est placé sous la protection de loi sur les faillites (Chapitre 11). Le groupe «avait été racheté en 2006 par des investisseurs de la région pour 562 millions de dollars, mais a accumulé 390 millions de dollars de dette», indique l’AFP.

La situation de la presse écrite américaine est catastrophique. Cette faillite intervient quelques jours après celle du Journal Register, un groupe rassemblant plus de 200 quotidiens régionaux. Le groupe Tribune avait déposé le bilan en décembre 2008 tandis que le New York Times a vu son bénéfice fondre «de 48% au quatrième trimestre 2008», rappelle l’AFP.

Illustration, Une du Philadelphia Inquirer

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation.

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

Le documentaire qui laisse entendre que le Covid-19 serait une machination des élites visant à éliminer une partie de l'humanité obéit à des règles narratives communes aux récits complotistes.

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Le Washington Post et le New York Times donnent l'impression que les attentats en France n'ont rien à voir avec le djihadisme, et tout à voir avec les excès de la laïcité et les échecs de l'intégration.

Newsletters