Monde

L'Irlande condamne le blasphème: les distributeurs de Charlie Hebdo vont-ils être poursuivis?

Temps de lecture : 2 min

Un exemplaire de Charlie Hebdo, dans une maison de la presse de Bruxelles, le 15 janvier 2015. REUTERS/Yves Herman
Un exemplaire de Charlie Hebdo, dans une maison de la presse de Bruxelles, le 15 janvier 2015. REUTERS/Yves Herman

La une du Charlie Hebdo paru après la tragédie, avec le prophète Mahomet versant une larme, est peut-être techniquement illégale en Irlande. The Guardian rapporte qu'il serait en effet possible d'utiliser une loi anti-blasphème de 2010 pour poursuivre en justice les distributeurs du journal satirique.

Selon cette loi, on peut être condamné à un maximum de 25.000 euros d'amende pour tout contenu (écrit ou oral) «extrêmement injurieux ou insultant envers ce qui est considéré comme sacré par une religion». Pour qu'il y ait condamnation, il faut cependant prouver que l'image ou le texte a «offensé un nombre important d'adhérents de cette religion».

Le secrétaire général du Centre culturel islamique à Dublin, Ahmed Hasain explique au Guardian:

«De notre point de vue, la vente de ce magazine est une violation de la loi irlandaise. Il est blasphématoire et donc illégal au vu de la législation actuelle. C'est contre la loi, c'est assez clair.»

Ceci dit, Ahmed Hasain précise que le Centre culturel n'a pas encore décidé s'ils allaient ou non poursuivre en justice.

Michael Nugent, le co-fondateur de l'organisation Irlande Athée (Atheist Ireland), souligne qu'il serait difficile de prouver que les dessins ont causé offense parmi les musulmans d'Irlande.

Depuis la promulgation de la loi anti-blasphème, qui n'a pour l'instant jamais été utilisée dans un tribunal, plusieurs groupes laïcs demandent son abrogation. Peu de temps après l'attentat contre Charlie Hebdo, le ministre de la Justice a déclaré qu'un référendum sur cette loi aurait lieu en fin d'année.

La condamnation du blasphème est inscrite dans la Constitution irlandaise, et lorsque la loi sur la diffamation de 1961 a dû être révisée en 2009, le gouvernement n'a pas éliminé le chapitre sur le blasphème: la loi a seulement été élargie pour inclure toutes les religions, pas seulement le catholicisme.

Il existe aussi une loi de censure des films (promulguée en 1923 et légèrement amendée depuis), selon laquelle une oeuvre cinématographique peut être interdite si elle est «indécente, obscène ou blasphématoire.»

Ainsi, La Vie de Brian des Monty Python, une comédie racontant la vie de Brian Cohen, né pas très loin de Jésus de Nazareth, a été interdite en Irlande en 1980 et finalement autorisée en 1987, lorsqu'un nouveau censeur a jugé que l'oeuvre n'était en fait pas blasphématoire (une des discussions au moment de la sortie, notamment au Royaume-Uni était de savoir si le fait que le film ne soit justement pas la vie de Jésus mais la vie de Brian le faisait échapper aux lois anti-blasphème).

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

Newsletters