Tech & internet

Il corrige 47.000 fois la même faute de grammaire sur Wikipédia

Temps de lecture : 2 min

En 2014, près de 2 millions de personnes contribuaient sur Wikipédia à travers le monde  / Clavier via Wikimedia Commons
En 2014, près de 2 millions de personnes contribuaient sur Wikipédia à travers le monde / Clavier via Wikimedia Commons

Vous vous sentez l’âme d’un «grammar nazi», ces personnes dont le sang bout à la vue d'une faute d'orthographe, de grammaire ou de syntaxe? Votre obsession n’est certainement rien en comparaison de celle de Bryan Henderson, un Américain de 51 ans connu sur Wikipédia sous le pseudo de Giraffedata, comme le rapporte Backchannel.

Depuis 2007, cet ingénieur en logiciels a corrigé plus de 47.000 fois la même erreur sur des milliers de pages Wikipédia: «comprised of», qui vient d’une confusion fréquente entre deux verbes anglais, «to comprise» (comprendre, dans le sens d’englober) et «to compose» (composer).

Classé dans le top 1000 des contributeurs Wikipédia les plus actifs, Bryan Henderson passe ses samedis soirs à corriger cette faute. Celle-ci le perturbe tant qu’il a rédigé une note sur le sujet. Il modifie entre 70 et 80 phrases avant de se coucher, ce qui lui prend environ une heure chaque samedi.

La routine d'Henderson est extrêmement élaborée: il a créé un programme qui lui permet de retrouver toutes les pages Wikipédia dans lesquelles se trouve l’erreur «comprised of». Mais, attention, tout est mûrement réfléchi: pour ne pas énerver les autres wikipédiens, son programme élimine de la liste les articles qu’Henderson a déjà modifiés au cours des 6 derniers mois (et que l’éditeur principal a changé à nouveau).

Son travail agace tellement certaines personnes qu'une fois, un contributeur a modifié une trentaine de ses corrections une par une…

Ce n'est pas très étonnant: le mois dernier, David Auerbach nous parlait de la jungle Wikipédia et de son système d'«anarchie maîtrisée»:

«En théorie, tous les contributeurs jouent à armes égales et seuls 1.400 administrateurs environ ont le pouvoir de les sanctionner ou de les bloquer.»

Alors qu'une page de l'encyclopédie en ligne lui avait attribué des opinions qui n'étaient pas les siennes, il s'est heurté à ceux qu'on appelle parfois les inbloquables: des contributeurs qui, par leur influence, peuvent tout se permettre. «Plusieurs contributeurs récalcitrants m'ont attaqué, jusqu'à ce que Jimmy Wales en personne n'intervienne et que des contributeurs plus sains d'esprit ne l'emportent», explique-t-il.

Que son attitude soit héroïque ou totalement obstinée, Bryan Henderson, lui, est «très fier» de son projet:

«C’est juste amusant pour moi. Je ne fais pas ça pour avoir un impact sur le monde.»

S’il n’a peut-être pas d’impact irl, il en a sur Internet, puisque son travail a été remarqué par Maryana Pinchuk et Steven Walling, de la fondation Wikimedia. Steven Walling a affirmé lors d’un rassemblement de la fondation en 2012 que Giraffedata était l’un de ses «wikipédiens préférés de tous les temps».

«Si quelqu’un le connaît, amenez-le à nos bureaux. Nous lui donnerons une Barnstar -la récompense donnée en ligne aux contributeurs les plus importants sur le Wikipédia anglophone- en personne», avait-il ajouté à l’époque. De quoi faire la fierté du correcteur compulsif.

Slate.fr

Newsletters

La Brigade de répression des incivilités en ligne

La Brigade de répression des incivilités en ligne

Chaque troll devrait se méfier.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters