Partager cet article

Crash de Taïwan: comment la scène a pu être filmée

Dans certains pays, comme Taïwan, les automobilistes ont presque tous une caméra embarquée dans leur voiture.

Un avion de ligne taïwanais s’est abîmé dans une rivière mercredi 4 février peu après avoir décollé d'un aéroport de Tapei, à Taïwan. 23 personnes selon un bilan provisoire ont péri sur les 58 passagers et membres d’équipage. 15 ont pu être sauvées jusqu'à présent.

Une petite caméra embarquée dans une voiture a capturé quelques instants, très impressionnants, de la chute finale de l’avion qui passe devant l’automobiliste juste avant d'heurter un pont et de s’écraser.

L'appareil a également heurté violemment un taxi, comme en témoigne la photo du véhicule après la collision. 

L’existence de cette vidéo rappelle la popularité dans certains pays des caméras embarquées dans les voitures, les dashcams pour «dashboard camera», «caméra de tableau de bord», fixées sur le pare-brise. Ces caméras sont, selon un article de Computer World, extrêmement populaires en Russie, en Corée du Sud, en Inde et à Taïwan. Selon un spécialiste du secteur, il s’agit de pays où le trafic routier est dense, avec de nombreux accidents impliquant les automobilistes. 

Un utilisateur du site Reddit confirme que «la majorité des voitures à Taïwan sont équipées de dashcams». Sur un autre forum, un utilisateur avance les chiffres suivants: la Russie serait le pays où il y a le plus de dashcams, mais rapporté au nombre d'habitants c'est en Corée et à Taïwan qu'on en trouverait le plus. Le taux de pénétration dans les pays occidentaux serait très faible, de l'ordre de 1%.

Les nouvelles générations de dashcams localisent l'usager, filment le trafic en haute définition et vont au-delà de la simple fonction d'enregistrement. Fondée en 2001 à Taïwan, la société PAPAGO! fabrique des dashcams qui alertent l’automobiliste en cas de collision imminente ou de sortie de voie. 

En Russie, cette généralisation de l’équipement explique pourquoi on peut voir sur YouTube une voiture renversant un ours, une vache, un crash d’avion et toutes sortes d'accidents de la route. 

Comme l’écrivait sur Slate Célésia Barry, les Russes ont des caméras dans leurs voitures parce qu’ils craignent les arnaques et la corruption policière. Il existe une dangereuse escroquerie dite du «crash for cash», qui consiste à se jeter délibérément sur une voiture pour obtenir de l’argent en compensation de l’accident. Une pratique de gangs courante en Russie. Pour se protéger, les conducteurs, cibles privilégiées des manipulateurs, installent donc des caméras dans leurs véhicules. Ces caméras peuvent servir de preuve en cas d'accident provoqué volontairement. Ironiquement dans le cas du crash du vol de la TransAsia, il s'agit en quelque sorte de boites noires pour voitures. 

Le YouTube des caméras qui équipent les voitures russes est donc un petit musée des horreurs. On fait même des palmarès comme ce recensement des vidéos de dashcams les plus folles de l’année 2013, russes pour la plupart. Début 2013, on découvrait aussi grâce à une dashcam d’impressionnantes traînées de météorites.

La vogue des dashcam est globale: au Royaume-Uni, les ventes auraient, selon The Independent, augmenté de 918% l’année dernière. L'Australie a également vu le marché des dashcams s'envoler en 2014, pour les mêmes raisons que celles invoquées dans d'autres pays: s'assurer de disposer d'un enregistrement en cas de litige après un accident. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte