Culture

Méfiez-vous du nouveau livre de Harper Lee

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 04.02.2015 à 14 h 26

Repéré sur The New York Times, Jezebel, Gawker

Harper Lee quand George W Bush lui a remis la Presidential Medal of Freedom, le 5 novembre 2007. REUTERS/Larry Downing

Harper Lee quand George W Bush lui a remis la Presidential Medal of Freedom, le 5 novembre 2007. REUTERS/Larry Downing

Un nouveau roman de l’Américaine Harper Lee, Go set a Watchman (Partez établir une sentinelle), est annoncé pour cet été, 55 ans après le succès de To Kill a mockingbird (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur), qui lui a valu le prix Pulitzer en 1961. Mais si le livre peut à son tour devenir un best-seller, beaucoup se demandent si sa publication est réellement une volonté de l’auteur, comme le souligne le site Jezebel.

Seulement trois mois après le décès d’Alice Lee, qui protégeait les intérêts d’Harper Lee en tant que sœur et avocate, voilà qu’un manuscrit écrit il y a plus de 55 ans réapparaît entre les mains de la maison d’édition de l’auteure à succès. Pourtant, Harper Lee, dépassée par le succès de son unique roman, semblait déterminée à ne pas publier d’autres livres. De quoi rendre sceptique ses plus grands fans.

D’après le New York Times, Tonjia Carter, amie et avocate de l’écrivain, aurait découvert cet automne le manuscript de Go set a Watchman. Un récit qui se déroule vingt ans après To Kill a mockingbird mais aurait été écrit en premier. Marja Mills, une amie des sœurs Lee, est sceptique:

«J’ai quelques inquiétudes concernant les déclarations qui lui ont été attribuées.»

Marja Mills a elle-même eu des problèmes quand elle a voulu publier les mémoires d'Harper Lee en juillet 2014, The Mockingbird Next Door. L’auteure de 88 ans aurait dénoncé le livre de Marja Mills comme n'étant «pas autorisé», rappelle Gawker. Pourtant, Harper Lee avait bien signé une lettre dans laquelle elle déclarait donner son accord pour la publication de cet ouvrage.

En réalité, Harper Lee a souvent été confrontée à ce type de problèmes ces dernières années, toujours selon Gawker. L’auteure a souffert d’une attaque en 2007 et vit depuis dans un centre où elle est prise en charge. En 2011, Alice Lee avait écrit à Marja Mills:

«[Ma sœur] ne peut ni voir, ni entendre, et est susceptible de signer n’importe quel papier qui lui serait présenté par une personne en qui elle a confiance.»

Quant à Jonathan Burnham, vice-président des éditions Harper et éditeur de l’écrivain, il dit n’avoir jamais parlé directement à Harper Lee au sujet du nouveau livre et n'a communiqué qu'avec son avocate, Tanja Carter, et son agent littéraire, Andrew Nurnberg. La publication de Go set a Watchman, qui sortira en juillet à 2 millions d'exemplaires, n'est donc peut-être pas une volonté de son auteure. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte