Double X

À 11 ans, elle réclame plus de femmes dans les comics

Nadia Daam, mis à jour le 03.02.2015 à 10 h 04

Une jeune Américaine a écrit une lettre à DC Comics pour se plaindre de la sous-représentation des femmes dans les différentes séries et dans leurs produits dérivés.

Lynda Carter dans la série «Wonder Woman». Via Wikimédia Commons.

Lynda Carter dans la série «Wonder Woman». Via Wikimédia Commons.

Visiblement, les enfants comprennent de plus en plus tôt le principe du courrier de réclamation, et c'est plutôt une bonne nouvelle. En 2014, Charlotte, une fillette américaine de 7 ans, écrivait au fabricant de jouets Lego pour se plaindre des stéréotypes genrés véhiculés par la marque. Cette fois, c'est l'univers ultra-viril des comics et l'absence de produits dérivés des rares personnages féminins qui ont poussé la petite Rowan, 11 ans, à rédiger un courrier ferme et déterminé.

La lettre est adressée à DC Comics, l'une des principales maisons d'édition américaines de comics et concurrent de Marvel, qui publie notamment les aventures de Superman, Batman et Wonder Woman:

«Cher DC Comics,
 

Je m'appelle Rowan et j'ai 11 ans. J'adore les super-héros. Je lis des comics et vois des films de super-héros depuis que je suis tout petite. Je suis une fille, et je suis très déçue parce qu'il y a pas assez de filles super-héros dans les films ou les comics de DC.

 

Pour mon anniversaire, j'ai reçu des figurines Justice League. J'ai lu dans le petit livret qu'il n'y a que deux figurines filles pour dix garçons. J'ai aussi remarqué que le packaging des personnages féminins était rose et violet.

 

Je me rappelle avoir regardé les dessins animés Justice League quand j'étais très jeune avec mon père. Il y a des films Batman ou Superman mais aucun film sur Wonder Woman. Il y a une série sur Flash, mais rien de tel pour Wonder Woman. Marvel a fait un film sur un arbre qui parle et un raton laveur trop mignon, mais vous, vous ne faites pas de film avec Wonder Woman.

 

J'aimerais beaucoup avoir des figurines Hawkgirl ou Catwoman ou de l'une des filles de la série Young Justice, s'il vous plaît. J'adore vos comics, mais je les aimerais encore plus s'il y avait davantage de filles.

 

J'ai demandé à beaucoup de gens que je connais s'ils regarderaient les films, liraient les comics si les personnages principaux était des filles, ils ont tous dit oui.

S'il vous plaît, faites quelque chose, les filles lisent aussi des comics, et ça compte pour elles.»

«Elle a trouvé ça stupide et ça l'a mise très en colère»

Renée et Jim, les parents de la petite fille, ont confié au site DailyDot que le sujet est effectivement très important pour Rowan, et que l'absence de super-héroïnes et de leurs produits dérivés a fini par agacer la fillette. Ils racontent, par exemple, qu'elle a réclamé à ses parents un costume Wonder Woman pour compléter sa collection déjà constituée de ceux de Superman et Batman. Les parents n'ont jamais trouvé de costume et ont fini par en bricoler un avec un maillot de bain et une paire de collants.

A chaque fois que la petite fille a voulu acquérir un produit dérivé de l'un des quelques rares personnages féminins de DC Comics, la mission s'est presque toujours révélée impossible. Elle a bien trouvé un t-shirt Supergirl, mais il était rose (alors que que le costume du personnage est lui rouge, bleu et blanc).

«Quand elle a voulu savoir pourquoi il était si difficile de trouver les jouets qu'elle voulait tellement avoir, nous avons essayé de lui expliquer que la plupart des entreprises ne pensent pas que les filles s'intéressent aux super-héros et que du coup, pensent qu'elles ne gagneront pas d'argent avec des produits qui incarnent des personnages féminins. Elle a trouvé ça stupide, et ça l'a mise très en colère, même à 5/6 ans», explique sa mère.

Si, de façon aussi précoce, Rowan a pris conscience de cette injustice, il n'y a rien d'étonnant à ce que quelques années plus tard, elle décide de s'adresser directement à cet éditeur qui n'a rien compris selon elle. Les parents envoient par mail une photo de la lettre à DC Comics, mais la lettre devient publique quand un journaliste, proche de la famille, décide de la publier sur son site internet le 28 janvier. Deux jours plus tard, l'entreprise répond à Rowan sur Twitter.

Si le fait que DC ait pris la peine de lui répondre a réjoui Rowan, d'après ses parents, difficile de savoir s'il est en en effet prévu d'accorder davantage de place aux personnages féminins, d'en créer de nouveaux ou de créer davantage de produits dérivés.

Des efforts chez Marvel

Pourtant, et si tant est que la supposée prise de conscience de DC Comics soit sincère, la tâche ne semble ni insurmontable ni si téméraire que cela, car la féminisation de l'univers des comics a déjà commencé du côté du principal concurrent de DC Comics.

En juillet 2014, la maison d'édition Marvel Comics annoncait que Thor, le dieu du tonnerre, serait désormais une déesse. «Le nouveau Thor continue la tradition des personnages féminins forts comme Captain Marvel, Storm, Black Widow et d'autres. Et ce nouveau Thor n'est pas seulement un substitut féminin. Elle est maintenant la seule Thor, et elle en est digne!», écrivait l'éditeur dans un communiqué.

Evidemment, la décision avait suscité des réactions indignées, parfois ouvertement hostiles et misogynes, qui avaient poussé l'auteur de Thor, Jason Aaron, à répondre:

«Si vous êtes un vieux fan de Thor, vous savez qu'il y a cette tradition. De temps en temps, quelqu'un d'autre se saisit du marteau. Beta Ray Bill était un alien à tête de cheval. A un moment, Thor était une grenouille. Donc, je pense que si on peut se faire à l'idée que Thor est une grenouille et un extra-terrestre à tête de cheval, alors on devrait être capable d'accepter le fait que ce soit une femme qui s'empare du marteau.»

C'est aussi Marvel qui, dès novembre 2013, avait crée le personnage de Kamela Khan, une américaine d'origine pakistanaise et de confession musulmane. Si elle succédait à d'autres Miss Marvel, personnage féminin crée dès 1977, l'initiative pouvait laisser penser que l'éditeur s'engageait vers davantage de diversité.

Reste qu'on est loin, et même très loin de la parité complète. D'après le site FiveThirtyEight, aujourd'hui encore, «les femmes représentent seulement 29,3% des personnages chez DC Comics et 24,7% chez Marvel».

Sans compter le fait que, quand ces éditeurs prennent la peine de mettre en avant des personnages féminins, ça n'est pas toujours dans la position que l'on pouvait espérer. Comme nous l'écrivions il y a quelques mois, si les efforts des éditeurs sont à saluer, les comics restent largement empreints de clichés. C'est le même Marvel qui, un mois à peine après avoir annoncé le changement de sexe de Thor, mettait en couverture d'un numéro de Spider Woman l'héroïne à quatre pattes.

Rowan ne pourra d'ailleurs pas se consoler avec la nouvelle poupée Barbie qui devrait être commercialisée sous peu. Une nouvelle Barbie dotée de super pouvoirs, certes, mais aussi des mêmes mensurations et d'une tenue rose, de collants roses, de cheveux roses, d'une cape rose et qui a gagné ses pouvoirs en se faisant embrasser par un papillon magique.

Nadia Daam
Nadia Daam (199 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte