Monde

Le Daily Beast annonce la candidature de Mitt Romney en 2016... qui annonce qu'il ne se présentera pas

Temps de lecture : 2 min

Ou l'épisode David Pujadas et Alain Juppé, mais sur un site d'info américain.

Nope.
Nope.

Des journalistes du Daily Beast doivent être en train de sérieusement remettre en question leurs relations avec leurs sources: le site a annoncé –en exclusivité– la candidature de Mitt Romney à la présidentielle 2016 avant de rétropédaler sur son scoop quand l'ancien candidat républicain a annoncé qu'il ne retenterait pas sa chance.

A 15h19, le Daily Beast annonçait ainsi:

Mais moins de deux heures plus tard...

Un des responsables du site affirmait, après l'annonce du scoop, que c'était «confirmé» et «sûr et certain»:

Mais en fait non. Pourquoi?

Réponse de Noah Shachtman:

«Simple: nous avions ce que nous pensions être des sources solides qui nous disaient que Romney allait y aller. Elles avaient tort. Mais c'est de notre faute.»

Voici l'article du Daily Beast avant:

Et après, avec la même URL mais le titre inverse:

L'article original du Daily Beast affirmait que Romney appellerait des donateurs ce vendredi pour leur annoncer son intention «d'explorer la possibilité d'une troisième candidature à la Maison Blanche» (les hommes et femmes politiques américains passent leur temps à «explorer» l'idée d'une candidature avant de l'annoncer pour de bon). Le site disait également que Romney avait envoyé un mémo à ses proches jeudi, où il soulignait comme raisons de tenter sa chance qu'il était «le seul Républicain compétent», qu'il avait de bons sondages et qu'il pensait pouvoir faire une meilleure campagne qu'en 2016.

En fait, Mitt Romney a annoncé à ses soutiens lors d'un appel téléphonique qu'il avait «décidé qu'il était préférable de donner à d'autres leaders du parti l'opportunité de devenir le prochain nommé» du parti républicain, rapporte le New York Times. Le Républicain a dit qu'il «pensait qu'il pouvait remporter la nomination, mais s'est inquiété de nuire aux chances du parti de reprendre la Maison Blanche. "Je ne veux pas rendre plus difficile l'émergence de quelqu'un d'autre qui aurait une meilleure chance de devenir président"», a-t-il affirmé pendant l'appel, avant d'ajouter qu'il était «peu probable» qu'il change d'avis.

Bloomberg a fait la même erreur, avant non seulement de rétropédaler, mais de faire retomber la faute sur le Daily Beast:

Dans sa première version, reprise entre autres par Reuters, Bloomberg ne mentionnait pas le Daily Beast.

L'erreur du Daily Beast vous rappellera peut-être des souvenirs: quand par exemple, David Pujadas annonçait en 2004 au JT de France 2 qu'Alain Juppé avait décidé de se retirer de la vie politique après sa condamnation... alors que le même Juppé annonçait le contraire sur TF1. Le directeur de l'information de France 2 avait ensuite donné sa démission et David Pujadas avait été temporairement mis à pied.

Autre exemple moins célèbre: en 2011, Jean-Michel Apathie avait annoncé que Dominique de Villepin renoncerait à être candidat au JT de TF1, démenti quelques heures plus tard par l'ancien Premier ministre, qui avait annoncé qu'il serait bien candidat à la présidentielle de 2012. (Il s'était finalement retiré de la course en mars 2012).

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters