Science & santé

L'époustouflante photo d'une grappe de fusées lancées à travers l'aurore

Phil Plait, traduit par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 29.01.2015 à 15 h 24

Nasa/Jamie Adkins.

Nasa/Jamie Adkins.

Voici une des photos les plus cools que j'ai jamais vues. Et en plus, c'est de la science!

Nasa/Jamie Adkins

Mon Dieu, par où commencer? Ceci est le Poker Flat Research Range, dans l'Alaska, depuis lequel la Nasa lance ce qu'on appelle des fusées-sondes. Celles-ci ne sont pas aussi grandes que les fusées auxquelles nous sommes habitués, mais suffisamment costaudes pour monter aussi haut que 300 km.

Le 26 janvier, quatre fusées de ce type ont été lancées. Dans cette photographie longue pose prise au grand angle, on peut voir les traînées enflammées laissées par elles alors qu'elles s'élancent dans le ciel (je suppose que la prise de vue a commencé plus tard ou a été interrompue pour le lancement le plus à droite, vu que la fusée apparaît déjà au-dessus du sol).

Pour chacune, vous pouvez distinguer le moment où le propulseur du premier étage stoppe sa course, la lueur laissée par les moteurs devenant plus mince. Puis, encore plus haut, le moment où le second étage est mis à feu, propulsant le chargement encore plus haut. Le premier étage continue sa course sur une trajectoire parabolique puis commence à tomber. Si vous prolongez cette trajectoire, vous apercevez même les points d'impact sur le sol! C'est assez dingue.

L'étrange lueur blanchâtre est le résultat de l'une des expériences scientifiques en cours. Baptisée MIST, pour Mesospheric Inversion-layer Stratified Turbulence, elle consiste à libérer un mélange appelé marqueur triméthylaluminium (TMA), qui crée des nuages blancs en expansion. La forme de ces nuages peut servir à mesurer le niveau de turbulences dans la mésosphère, le niveau de l'atmosphère situé au-dessus de la stratosphère. Cette expérience a notamment été lancée pour voir comment un certain nombre de molécules contenues dans l'air sont transportées verticalement au plus haut niveau de l'atmosphère.

Sur la gauche, on peut voir un faisceau lumineux vert: il s'agit d'un laser puissant propulsé dans l'air pour mesurer les conditions atmosphériques à différentes altitudes. Bien sûr, les traînées vertes qu'on aperçoit un peu partout, c'est l'aurore. Et, enfin, les traces dans le ciel sont des étoiles! Comme il s'agit d'une photographie longue pose, celles-ci ont bougé, effectuant une rotation autour du pôle nord céleste. Normalement, on devrait voir Polaris, l'étoile polaire, pile au milieu de ces arcs, mais elle est cachée par un des nuages de TMA.

Et vous n'avez encore rien vu, il y a aussi une époustouflante vidéo de l'ensemble.


J'aime la science, vraiment. Mais parfois, je me demande dans quelle mesure c'est dû aux gens qui font des trucs aussi cools que ceci.

Phil Plait
Phil Plait (71 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte