Monde

Les Indiens aimeraient bien que la presse arrête avec ses clichés sur les singes quand elle parle de l'Inde

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 29.01.2015 à 10 h 17

Repéré sur Quartz

Un singe en Inde en septembre 2014. REUTERS/Arko Datta

Un singe en Inde en septembre 2014. REUTERS/Arko Datta

Barack Obama vient d'achever une visite officielle en Inde, et comme de coutume, la presse américaine en a profité pour faire des articles sur les singes qui traînent dans les rues de New Delhi. La chaîne ABC News parle des singes errants qui ont accueilli le président, et le New York Times raconte que des employés municipaux ont tenté de capturer un maximum de singes et de vaches pour dégager les rues avant l'arrivée du président américain. 

«S'il y a un sujet que les correspondants en Inde traitent scrupuleusement depuis plusieurs générations, c'est bien les singes», écrivent deux journalistes de Quartz India.

Dans leur article, Saptarishi Dutta et Shelly Walia citent plusieurs commentaires sur Twitter qui dénoncent l'«angle orientaliste» souvent adopté par la presse américaine.

Par exemple, le journaliste Tunku Varadarajan:

«Pour la visite d'Obama en Inde, le New York Times aurait pû faire mieux que ces clichés rebattus sur les vaches et les singes»

Pour l'Inde, les singes et les vaches en liberté sont à peu près l'équivalent du «café», «vacances», et «morosité» que l'on retrouve souvent dans les articles anglo-saxons sur la France.

Ces histoires de singes ne sont certes pas fausses (comme il est vrai que les Français passent plus de temps au café que les Américains), et elles sont souvent intéressantes, mais vu d'Inde, il y a un problème de matraquage éditorial.

Depuis 2007 dans le New York Times, les journalistes de Quartz ont recensé trois articles sur les singes de rue (deux sur la surpopulation des singes à New Delhi, un sur les grands singes dressés qui défendent les gens contre les petits singes), ainsi qu'un reportage sur les chiens errants de New Delhi et un autre sur les vaches errantes de New Delhi. Les journalistes n'ont examiné que les reportages du quotidien new-yorkais, mais on trouve la même passion pour les animaux de rues indiens dans d'autres médias américains et français qui apprécient les vaches, les singes et les agents municipaux qui font le singe ou encore l'insolite mariage d'une Indienne avec un chien errant (sur les conseils d'un gourou).

Pour beaucoup, cet exotisme un peu méprisant avait atteint un sommet intolérable lorsque le New York Times avait publié un dessin au sujet de la mission indienne sur Mars. L'Inde y était représentée comme un paysan enturbanné accompagné d'une vache (un éditeur s'était excusé de ce choix d'images. )

Les journalistes de Quartz précisent qu'il existe un blog qui recense tous les articles de ce genre de «journalisme simien». Il n'a malheureusement pas été mis à jour depuis 2013 mais le site montre que cette tradition journalistique n'est pas nouvelle: déjà dans les années 1950, Reuters et le New York Times avaient écrit plusieurs articles sur les singes indiens.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte