Elections au Japon: quelle place pour le parti du bonheur?

Slate.fr, mis à jour le 30.08.2009 à 13 h 17

Au Japon, l'heure de l'alternance de velours est arrivée. Selon les sondages sortis des urnes, le Parti libéral démocrate (PLD, conservateur) ne devrait plus diriger le pays — une quasi première depuis plus de cinquante ans — et laisser les rênes au PDJ (Parti démocrate du Japon, centre droit) à l'occasion de législatives historiques.

Le prochain gouvernement prendra ses fonctions dans une période cruciale pour le Japon, frappé par un chômage sans précédent et confronté au défi du vieillissement de sa population, résume Reuters. Fondé en 1998 par des transfuges du PLD, d'ex-socialistes et de jeunes conservateurs, le Parti démocrate s'est engagé à concentrer les dépenses budgétaires sur les ménages, à améliorer le pouvoir d'achat des ménages et promouvoir la démographie via le versement d'allocations familiales.

 

Les envoyés spéciaux d'Arte se sont aussi intéressés au «parti de la réalisation du bonheur», créé il y a quelques mois. Le sujet pourrait sembler anecdotique tant la campagne électorale «a des allures quelques peu kitsch, avec son candidat qui salue comme s'il était le participant d'un concours de beauté, et ses volontaires enthousiastes qui tentent, toujours très poliment, de distribuer les tracts de leur champion».

Ce champion, Ryuho Okawa, auteur de plus de 500 ouvrages, serait une réincarnation de Bouddha et son parti du bonheur est «l'émanation du "Kofuku no Kagaku", un mouvement religieux inscrit sur la liste des sectes en France.

Le programme politique «joue sur les peurs des Japonais: dans une vidéo apocalyptique, diffusée par le parti sur YouTube, le Japon est attaqué par la Corée du Nord. En moins de 10 minutes, l'archipel est réduit à néant», explique Arte. En revanche, la plateforme politique ne dit rien sur la secte. Il faut dire que, comme le rappelle le portrait, depuis les attentats au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995 perpétrés par la secte Aum, politique et religion ne font pas bon ménage au Japon.»

Le parti du bonheur devrait connaître un échec ce dimanche, pronostique Arte, qui espère que cet échec devrait avoir des conséquences limitées.  «Car c'est après le revers qu'elle avait essuyé aux élections de 1990 que la secte Aum s'était tournée vers la violence extrémiste».

Les premiers résultats officiels sont attendus dans la soirée.

[Regarder le reportage complet sur Arte].

Image de une: Arte

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
ARTEélectionsjaponsecteLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte