Boire & mangerEconomieMonde

Panique chez les gourmands: plus de chocolats Cadbury made in Britain aux Etats-Unis

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 27.01.2015 à 16 h 40

Repéré sur New York Times, The Huffington Post

Le logo Cadbury sur une barre de chocolat le 14 décembre 2009. REUTERS/Toby Melville.

Le logo Cadbury sur une barre de chocolat le 14 décembre 2009. REUTERS/Toby Melville.

Les Américains ne sont vraiment pas contents. Ils ne vont plus pouvoir manger une bonne partie des chocolats jusqu'ici importés de Grande-Bretagne. 

Tout ça, explique le New York Times, à cause d'un accord passé entre la compagnie américaine Hershey’s et une société spécialisée dans l'import de produits britanniques, sud-africains et australiens aux Etats-Unis, Let’s Buy British Imports qui a accepté de ne plus faire entrer sur le territoire américain ces sucreries britanniques.

Fini les Toffee Crisps (qui, avec leur emballage ressemble trop aux Reese’s Peanut Butter Cups de Hershey's), les Maltesers, le Dairy Milk, les Kit Kat britanniques et les chocolats Cadbury produits au Royaume-Uni.

Hershey’s, qui appartient à Nestlé, est en concurrence avec Cadbury, qui appartient elle à Mondelez.

D’après un représentant de Hershey’s, la compagnie dispose des droits pour produire du chocolat sous la marque Cadbury sur le territoire américain. L’import de Cadbury britannique enfreindrait donc ces accords.

Et si les Américains sont si énervés, c’est parce que les recettes des chocolats Cadbury produits aux Etats-Unis sont différentes de ceux fabriqués au Royaume-Uni.

Comme l’explique The Telegraph, les douceurs britanniques contiennent plus de lait et moins d’additif que leur équivalent américain, qui sont plus riches en sucre.

Nicky Perry, une expatriée britannique à New York qui possède plusieurs restaurants, raconte au New York Times qu’elle n’apprécie pas du tout cette décision:

«Les choses vont assez mal dans le monde comme ça, et maintenant on va nous empêcher d’acheter notre chocolat? Cadbury représente la moitié de mon chiffre d’affaires, et encore plus que ça à Noël. Je ne sais pas comment je vais faire pour survivre.» 

Visiblement, Nicky Perry n’est pas la seule à s’indigner devant la décision de Hershey’s. Sur le Huffington Post, Rebecca Orchant, qui est à la tête d’un restaurant, utilise des mots plus crus:

«Disons seulement que le New York Times est trop poli, et parce que je n’en ai rien à foutre: les Cadbury américains sont merdiques. Cette décision est nulle pour tellement de raisons (…). Hershey’s est en train de nous dire qu’ils nous protègent parce que nous sommes trop stupides pour faire la différence entre deux marques de chocolat.»

Pour elle, Hershey’s ferait mieux de travailler ses recettes:

«Si Hershey’s veut augmenter sa part de marché aux Etats-Unis, ne serait-il pas plus honorable de fabriquer un meilleur chocolat?»

Un hashtag, #boycotthershey, a même été lancé sur Twitter pour faire plier la compagnie américaine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte