Tech & internetCulture

Les Simpson imaginent comment Elon Musk pourrait sauver et détruire le futur

Lily Hay Newman, traduit par Grégor Brandy, mis à jour le 27.01.2015 à 11 h 56

Elon Musk, cofondateur de Paypal, SpaceX, Tesla Motors, est apparu dans un épisode des Simpsons

Homer Simpson et Elon Musk. Fox

Vous pouvez probablement deviner qui est apparu dans le dernier épisode des Simpson, intitulé «The Musk Who Fell to Earth». Et pas seulement parce que son nom est dans le titre de cet article. Et dans le titre de l’épisode. Peu importe: vous auriez pu le prédire parce qu’Elon Musk est partout en ce moment. C’est l’une des figures majeures de l’innovation, mais Les Simpson avaient beaucoup plus que ça à dire de lui.

L'idée de l'épisode, c'est que Musk est à court d’idées futuristes révolutionnaires et arrive à Springfield dans son engin spatial SpaceX Dragon V2. «Je n’y arrive plus», raconte-t-il à Homer. «Je suis bloqué. Je voyage à travers le pays tranquillement avec mon vaisseau spatial pour trouver l’inspiration.»

Comme cela s’est déjà produit, la vision du monde simpliste d’Homer et son émerveillement enfantin inspirent Musk qui retrouve vite son mojo. A un moment, Homer déclare fièrement: 

«Wow! Entre ton génie et mon néant, on fait une super équipe!» 

A chaque fois qu'une divagation d’Homer donne une nouvelle idée à Musk, on entend l’ouverture du Concerto pour piano nº1 de Tchaïkovski.

Musk se met à travailler avec Montgomery Burns (qui, comme vous devez le savoir, est le propriétaire de la centrale nucléaire qui emploie la plupart des habitants de la ville) pour passer au tout-électrique, y compris pour les voitures autonomes –un clin d’œil à Tesla. L’idée est que si tout passe à l'énergie électrique, Burns fera fortune en la vendant à la ville. Le problème est que ce modèle n’est finalement pas viable et que Burns perd de l’argent. Il décide donc de licencier beaucoup de monde à la centrale et Springfield sombre dans une sérieuse crise économique. «Mais Musk était notre sauveur!», crie Carl, le pote d’Homer. «Votre soi-disant sauveur ne veut rien sauver d'autre que le monde», répond Burns.

Et c’est comme ça dans tout l’épisode. On y fait loue Musk pour son intelligence et ses réussites, et on le félicite d'avoir lancé d’importants progrès technologiques, mais comme toujours, Les Simpson sont méfiants vis-à-vis des promesses de futurs grandioses. A Springfield, les gens adorent leur voiture autonome parce qu’ils peuvent boire de l’alcool tout en conduisant en ville. Des hamsters terrifiés montrent jusqu’à quelle vitesse on peut aller dans l’Hyperloop –projet de transport ultrarapide de Musk–, et un peu plus tard, ceux qui sont devenus sans-abri après les licenciements de la centrale doivent aller vivre dans ce tube pas encore fini.

Les vaisseaux, comme celui de Musk, semblent avoir été perfectionnés. Mais comme le remarque Lisa, Musk utilise beaucoup de carburant pour quelqu’un qui promeut l’électrification écologique. «Peu importe à quel point il m’aime, je ne veux plus être ami avec lui», annonce Homer. «Aucune de ses idées ne marche jamais.»

The Verge estime que Musk reçoit «le traitement habituel pour les célébrités», et que «c’est principalement des compliments déguisés en critiques». Mais, pour moi, cet épisode ressemble plus à une condamnation de ce futurisme obsessionnel qu’à une glorification de Musk. Bien sûr, Musk apparaît comme intelligent et sûr de lui, mais il a déjà l'air comme ça dans la vraie vie. Comme son personnage l’explique à M. Burns: «Nous sacrifions le présent pour prendre soin du futur d’une façon que j’ai totalement déterminé.» Ça n’a pas l’air si bien.

Lily Hay Newman
Lily Hay Newman (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte