Économie / Monde

USA: La fin de SkyMall, le catalogue d'avion qui vendait les produits les plus absurdes du monde

Temps de lecture : 2 min

A U.S. Air Force B-1B Lancer supersonic bomber flies over northern Iraq after conducting air strikes in Syria against ISIL targets September 27, 2014. REUTERS/Handout (IRAQ - Tags: MILITARY CIVIL UNREST) FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY. IT IS DISTRIBUTED, EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS.
A U.S. Air Force B-1B Lancer supersonic bomber flies over northern Iraq after conducting air strikes in Syria against ISIL targets September 27, 2014. REUTERS/Handout (IRAQ - Tags: MILITARY CIVIL UNREST) FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY. IT IS DISTRIBUTED, EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS.

Le catalogue SkyMall, qui vient de déposer le bilan, était connu des passagers des compagnies aériennes américaines pour sa sélection de produits particulièrement laids et inutiles. Ce magazine de shopping, disponible gratuitement à l'arrière des sièges, était beaucoup plus distrayant que l'immense majorité des magazines de shopping.

En effet, on pouvait y trouver une statue de zombie pour le jardin, un moule à gâteau en forme d'oreillers empilés, et un grille-pain qui dessine une silhouette de chien sur la mie (avec 13 races canines au choix) .

Il y avait aussi un gant qui permet de refroidir une bouteille de bière, tout en ne refroidissant pas la main de celui qui la tient, des boutons de manchette en forme d'iPhone, une machine à bronzer les pieds, et une valise trotinette.

On croirait une satire de la société de consommation, mais ces marchandises étaient bien disponibles sur le catalogue SkyMall, que de nombreux voyageurs ne lisaient que pour sa valeur comique. (L'humoriste Ricky Gervais était un fan).

Suite à l'annonce de la faillite de l'entreprise, de nombreux journalistes américains ont immédiatement rendu hommage à ce catalogue qui leur avait fait découvrir tant de produits insolites, kitsch et bizarres, comme ce bar caché dans un globe terrestre inspiré de cartes italiennes du 16eme siècle.

Ou encore, cette statue de la créature de Roswell qui sert à poser un verre de digestif (faut-il trois statues si on veut poser trois verres?)

Pour rester dans la thématique alcool, voici un porte-bouteille, aussi disponible en version chien, ours ou caribou.

Dans la rubrique gadgets, de nombreux articles citent le mémorable porte-tablette qui permet de lire au lit les bras croisés, sans toucher son iPad.

La sélection de cadeaux pour les animaux domestiques était aussi légendaire, notamment ce bol en forme de toilettes, pour chien ou chat.

Ennuyés pendant les vols un peu longs, certains passagers achetaient les produits au second degré, comme cette journaliste de Vocativ qui évoque avec affection sa statue de l'abominable homme des neiges (disponible en plusieurs tailles, dont une de deux mètres pour 2.000 euros).

L'entreprise explique avoir été victime de la concurrence du shopping en ligne, notamment depuis que les gens ont accès au Wi-Fi dans les avions. Ce n'est donc pas l'absurdité des produits qui a mené SkyMall à la banqueroute (leur objet le plus vendu était un banal oreiller d'avion).

Si le magazine ne sera plus là pour amuser les voyageurs, il faut préciser que les meilleurs bibelots et gadgets continueront d'être disponibles, car ils sont produits par des entreprises distinctes, dont Design Toscano, qui se spécialise dans le kitsch pseudo-historique (mais fait aussi des statues d'extra-terrestres pour le salon).

Slate.fr

Newsletters

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Une attitude «fort regrettable», a commenté sa direction.

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Faut-il les conserver ou les supprimer?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Travailler depuis son domicile ou un espace de coworking: une pratique de plus en plus répandue. Pour les salariés et les salariées, c'est une solution pour réduire le temps perdu en trajets et profiter, souvent un jour par semaine, du confort du...

Newsletters