Culture

HoloLens: Microsoft veut «transformer notre monde» avec ses lunettes

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 23.01.2015 à 9 h 55

Repéré sur WIRED, Reader, Polygon

Avec le projet HoloLens, le géant américain voit les choses en grand: des lunettes permettant de projeter des hologrammes dans son environnement.

Extrait de la vidéo de présentation du projet HoloLens de Microsoft.

Extrait de la vidéo de présentation du projet HoloLens de Microsoft.

«Transformer votre monde avec des hologrammes.» C’est le slogan prometteur, et un brin ambitieux, de Microsoft, qui a dévoilé son dernier projet: les lunettes HoloLens. Si l’on en croit la vidéo de présentation, tout en se méfiant de ses promesses, les lunettes de Microsoft pousseront très loin le principe de réalité augmentée.

 

Si le projet ne capote pas comme pour les Google Glass, les HoloLens nous permettront donc d’insérer dans notre environnement un écran de télé, l’affichage météo, des modélisations 3D, ou encore de s’immerger sur la planète Mars. Comme le souligne Jérôme Colombain de France Info, «on pourra faire bouger des objets virtuels avec ses mains, dialoguer à distance avec un ami plus vrai que nature. Cela pourrait servir dans l’industrie, le jeu vidéo ou même, peut-être un jour, à la maison».

Lors de la conférence de présentation, comme le rapporte le site Polygon, Alex Kipman, qui a dirigé le projet, a présenté ces lunettes comme «l’ordinateur holographique le plus avancé que le monde ait jamais vu». Il demandera même à son auditoire d’imaginer leur salon se transformer en «environnement de jeu surréel».

Jessi Hempel du magazine WIRED raconte dans un article, repéré par Reader, sa rencontre avec Alex Kipman son bureau de Redmond. Converses aux pieds, cheveux longs, l’homme qui va peut-être révolutionner notre environnement se souvient comment son idée, d’abord devenue Kinect pour la console XBox, a mis 7 ans à voir le jour.

«Vous utilisiez un écran, en entrant des commandes sur un clavier d’ordinateur. Le cyber espace est quelque part ailleurs, explique WIRED. Les ordinateurs répondaient aux programmes qui avaient des commandes explicites. Dans un futur très proche, vous allez commander dans le monde physique, en utilisant votre voix et vos mouvements, pour convoquer des données et les disposer en couche au-dessus d’objets physiques.»

C’est la définition même d’un hologramme, comme on pouvait en voir jusque-là que dans des films de science-fiction ou lors de concerts.

La journaliste n’en croyait pas ses yeux en voyant les vidéos de démonstration. Alors elle a essayé les fameuses HoloLens. «Le prototype de Kipman est incroyable», lâche-t-elle. Une caméra à 120°, permettant de capter les mouvements de bras, pas de surchauffe du casque, et des hologrammes qui se jouent de votre cerveau en se basant sur la lumière qu’il a besoin de recevoir pour voir les objets. «Quand vous avez la lumière dans l’angle parfait, c’est là que toute la magie opère», note Kipman. Lorsque la journaliste tente une exploration virtuelle de Mars, le constat est vertigineux:

«Le sol est desséché, poussiéreux, c’est si réaliste que quand je fais un pas, mes jambes commencent à trembler. Elles ne croient pas ce que mes yeux leur montrent.»

Bien sûr, WIRED note que des bugs existent encore, et que l’absence de clavier pourrait décourager des clients si le contrôle vocal ne marche par parfaitement. Le site Polygon rappelle également comment le projet Kinect, aussi lancé par Kipman, n’a pas tenu toutes les promesses des premières vidéos de démonstration, et que pour les HoloLens il faudra aussi garder la tête froide. «Cela vaut le coup de prendre du recul et réaliser que ce qu’ils montrent maintenant est très loin de n’importe quelle technologie ayant existé jusque-là», conclut le site. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte