Boire & manger / Monde

Les effrayantes expérimentations animales d'un laboratoire américain qui aide l'industrie de la viande à être plus rentable

Temps de lecture : 2 min

Barbecue ribs, pork / David McSpadden via Flickr CC License By. Image d'illustration.
Barbecue ribs, pork / David McSpadden via Flickr CC License By. Image d'illustration.

Pour baisser les coûts de la production de viande américaine, le laboratoire fédéral U.S. Meat Animal Center, financé par le contribuable américain, met en oeuvre des expérimentations choquantes sur les animaux depuis les années 1960, révèle une longue enquête du New York Times.

Dans ce centre, situé dans l'Etat du Nebraska, les scientifiques tentent notamment de créer des truies et des vaches qui ont des portées plus importantes et des grossesses à intervalles plus rapprochées, ainsi que des brebis «soins faciles» qui peuvent survivre et se reproduire sans trop d'intervention humaine.

Pour en arriver là, la direction du laboratoire ne recule pas devant un taux très élevé de décès, maladies et malformations de leurs animaux. Pour rendre les vaches plus rentables, le centre a notamment tenté d'augmenter le taux de naissance de jumeaux. Depuis le début des années 1980, les scientifiques ont commencé à fertiliser des oeufs dans des vaches qui avaient donné naissance à des jumeaux en utilisant du sperme de taureaux pères de jumeaux. Ces embryons ont été implanté dans des vaches qui n'avaient pas encore donné naissance à des jumeaux. Au fil des générations, le pourcentage de jumeaux s'est multiplié: habituellement de trois paires pour 100 naissances, il a atteint 55 pour 100.

Mais dans son enquête, le journaliste Michael Moss évoque les terribles effets secondaires de ces expériences: 95% des femelles jumelles avaient des vagins déformés, et environ 16 pourcent des jumeaux et triplés mourraient, un taux quatre fois plus élevé que pour les naissances habituelles.

Même chose pour les truies, manipulées de sorte qu'elles aient des livrées de 14 petits, au lieu des huit en moyenne. Dans ces livrées trop grandes, des centaines de petits cochons du centre meurent écrasés ou étouffés chaque année.

Quant aux brebis, le centre a tenté de les rendre moins domestiquées et de voir si elles peuvent se débrouiller sans l'aide de bergers. Habituellement, les brebis sont gardées au chaud dans des granges pour accoucher, mais depuis une dizaine d'années, les scientifiques du U.S. Meat Animal Center les laissent seules dehors pour voir lesquelles résistent le mieux. Dans ce contexte, des centaines de petits meurent de faim, abandonnés ou mangés par des coyottes. Entre 25 et 30% des petits meurent, contre 10% dans les conditions habituelles.

De nombreux vétérinaires qui ont travaillé dans ce laboratoire ont plusieurs fois tenté de tirer la sonnette d'alarme, mais leurs critiques n'ont pas été prises en compte. L'idée des chercheurs du centre est de baisser les coûts de l'élevage, mais même les éleveurs sont choqués par ce genre de pratique, rapporte le journaliste du New York Times.

Le ministère de l'agriculture américain, qui régule pourtant ce type de pratiques lorsqu'il s'agit d'expériences médicales, donne presque carte blanche à ce laboratoire dans la mesure où la loi sur le bien-être des animaux ne s'applique pas aux recherches sur les animaux d'élevage.

La presse américaine a déjà réagi avec horreur à cette enquête. Dans Mother Jones, le journaliste Tom Philpott explique qu'au lieu de demander à ce que ce centre soit fermé, il faudrait peut être le convertir en laboratoire d'étude sur les fermes diversifiées, qui font à la fois de l'élevage et de l'agriculture, dans un système de rotation qui est moins dommageable à l'environnement que la monoculture intensive.

Slate.fr

Newsletters

Chez le chef Gérald Passédat, le meilleur du poisson

Chez le chef Gérald Passédat, le meilleur du poisson

Le Petit Nice, ce Relais & Châteaux familial posé sur la corniche méditerranéenne, a franchi le cap du siècle à la fin 2017: une belle histoire de table du Sud.

La vraie recette de la salade Caesar

La vraie recette de la salade Caesar

La salade Caesar, vraisemblablement inventée à Tijuana dans les années 1920 par le chef Caesar Cardini, est un plat très simple, avec peu d'ingrédients: des feuilles de romaine, des croûtons à l'ail et une sauce très particulière. Mais, à l'origine, aucune trace de poulet, de bacon ou encore de tomate.

Le secret de l'«acqua pazza», méthode de cuisson express pour le poisson

Le secret de l'«acqua pazza», méthode de cuisson express pour le poisson

C’est largement plus facile à faire qu’à décrire; ça demande vraiment très peu de travail en amont et, si vous êtes bien organisés, c’est prêt en moins de 10 minutes.

Newsletters