Le site de Matignon entérine le mini-remaniement

Slate.fr, mis à jour le 29.08.2009 à 11 h 13

Le remaniement ministériel, annoncé, puis retardé, a bien eu lieu. C'est le site du gouvernement qui l'affirme. Ou plutôt l'a affirmé, le temps de découvrir que la liste du gouvernement, modifiée par l'ajout d'Axel Poniatowski, de Paul Giacobbi et Frédéric Lefebvre, n'était qu'un «bug». «Une heure après la mise en ligne de l'article, raconte Jean-Marc Manach sur son blog BugBrother, la mention des trois ex-futurs secrétaires d'Etat était prestement caviardée du site de Matignon, qui explique, penaud, que la faute émane d'"une collaboratrice du SIG (site d'information du gouvernement), qui en prenant des notes personnelles sur son interface, en relevant des informations lues dans la presse, a vraisemblablement publié les trois noms"».

Matignon assure que les trois noms sont restés peu de temps. Au moins quatre jours, précise Jean-Marc Manach qui est allé fouillé sur les pages de cache de Google et Bing: «Leurs noms sont donc restés sur le site de Matignon pendant (au moins) 4 jours et, d'un point de vue rédactionnel, leurs flux RSS (qui permet de s'abonner à leurs actualités) avaient eux aussi été bel et bien prévus, créés et mis en ligne.»

Les noms des trois secrétaires d'Etat virtuels ne sont pas sortis de la tête de la tête de la collaboratrice étourdie: au cours des derniers mois, il a été question de nommer un secrétaire d'Etat auprès de Xavier Darcos (Travail) pour s'occuper des retraites, ou de Brice Hortefeux (Intérieur) pour piloter le chantier de la réforme territoriale. Circulaient les noms du président PRG du conseil général de Haute-Corse Paul Giaccobi — nouvelle prise de l'ouverture et en prévision des régionales de 2010 — et de Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP privé de son siège de député des Hauts-de-Seine par le départ du secrétaire d'Etat à la Fonction publique André Santini dont il était le suppléant.

Le scénario du remaniement avait même été confirmé mi-juillet par le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, mais le malaise du chef de l'Etat avait repoussé l'opération. Qui ne semble plus du tout au goût du jour.

Le jour même de cette découverte, Le Monde écrivait que le mini-remaniement n'aurait finalement pas lieu, faisant état de l'agacement du chef de l'Etat par «des rumeurs distillées dans la presse sur l'imminence de l'opération».

[Lire le billet complet sur BugBrother]
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte