Tech & internet

Tout ce que Google fait pour essayer d'avoir réponse à toutes nos questions

Temps de lecture : 2 min

Y compris à celles qu'on ne lui pose pas (encore).

Punctuation marks made of puzzle pieces / Horia Varlan via Flickr CC License By

Le problème du moteur de recherche de Google a toujours été de ne pas savoir répondre parfaitement à toutes nos questions.

Le moteur est aujourd'hui très loin de ses débuts, il peut par exemple grâce à son «Knowledge Graph» donner une vraie réponse à une question avant sa traditionnelle liste de liens:


Et nous en dire plus, sans même qu'on ait à cliquer sur les liens:

Google peut aussi, si vous lui en accordez le droit, vous envoyer des messages au fur et à mesure de la journée, des «informations utiles», avec son application Google Now, qui se propose par exemple de vous rappeler votre rendez-vous enregistré sur Google Calendar, en vous donnant une estimation du temps pour y aller grâce à Google Maps, etc.

Pour s'améliorer, Google a plusieurs procédures en place, rappelle Medium dans une série d'articles sur le moteur de recherche. «Google opère des changements subtils sur son algorithme, les ajustements étant ensuite validés dans sa réunion hebdomadaire sur la qualité de la recherche», détaille le premier article. Tous les deux ou trois ans, il y a une plus grosse mise à jour du système de classement. Et selon un des responsables de la division recherche, «Google a plus modifié ses classements dans les trois dernières années que dans les treize précédentes».

Dans sa quête permanente de nous donner des réponses à des questions qu'on ne savait même pas se poser, Google a surtout le Daily Information Needs –surnommé DIN par les psychologues de l'entreprise–, une étude menée chaque année depuis 2011 pour savoir «ce que les gens veulent vraiment, vraiment savoir, que ce soit quelque chose qui puisse être fourni par Google ou pas», explique un autre article de Medium.

Pendant le DIN, Google demande huit fois par jour à ses sujets ce qu'ils voudraient savoir, là maintenant tout de suite. Un journaliste expliquait ainsi en 2012 sur Technology Review:

«Pendant trois jours le mois dernier, à huit moments au hasard de la journée, mon téléphone vibrait et Google me demandait: "Qu'est-ce que vous avez voulu savoir récemment?" Mes réponses faisaient partie d'une expérience menée sur moi et à peu près 150 autres personnes. Son but était d'aider la plus grosse entreprise de recherche à comprendre comment elle peut livrer des informations à des utilisateurs qui n'auraient pas pensé à les chercher en ligne.»

Dans la version 2014, Google s'est retrouvée avec plus de 25.000 besoins différents, rapporte Medium. Ceux-ci ont été rassemblés et organisés en catégories, afin que l'entreprise décide où concentrer ses efforts.

Parfois, Google ne peut pas (pour l'instant) faire grand-chose, face à des besoins d'information du genre «Pourquoi les hommes sont des connards?». Mais la dernière étude a par exemple permis au géant de la recherche de faire des informations sur le trafic routier une de ses priorités.

L'étude est menée dans plusieurs pays, et heureusement: en termes de météo par exemple, «les Américains veulent des informations qui les aideront à s'habiller et à organiser leur trajet», explique Medium. «Les Japonais veulent savoir combien d'humidité il y a dans l'air et quand la lumière du soleil sera au plus fort, parce qu'ils étendent plus souvent leur linge dehors».

Au total, les DIN sont à l'origine de deux nouvelles actions vocales, de 17 nouvelles «cartes Google Now» et 22 améliorations sur celles qui existent déjà, selon Google. Un pas de plus pour réduire le nombre de questions jamais posées à Google qu'on lui demande tous les jours.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Un logiciel pourrait permettre de retrouver les fabricants d'armes imprimées en 3D

Un logiciel pourrait permettre de retrouver les fabricants d'armes imprimées en 3D

PrinTracker permet de tracer un objet en identifiant l'imprimante 3D qui l'a créé.

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

L’acteur chinois redoutait de se faire déposséder de ses techniques d’arts martiaux si un studio américain les numérisait.

Newsletters