Partager cet article

«Selma», le film sur Martin Luther King qui n'a pas eu le droit d'avoir «I Have a Dream»

Selma. Studio Canal via  Allociné

Selma. Studio Canal via Allociné

Si vous comptez aller voir Selma, «le film qui retrace retrace la lutte historique du Dr. Martin Luther King pour garantir le droit de vote à tous les citoyens», en salles le 11 mars 2015, ne vous attendez pas à entendre le «I Have a Dream» du pasteur américain. Il n'y est pas. Comme l'explique Politico:

«Les nombreuses scènes du film où King délivre des discours poignants sur les droits civiques ont dû être paraphrasés, parce que les descendants de MLK ont laissé les droits de ces discours pour les films à Warner Bros et Dreamworks, pour un biopic sur MLK. Steven Spielberg est pressenti pour le produire.»

En fait, détaille PBS, c'est la réalisatrice du film, Ava DuVernay, qui a réécrit les différents discours du pasteur. Nous le rappelions sur Slate en 2013, que le discours «est en effet sous copyright, les droits appartenant aux héritiers de King, qui en ont confié l’administration à la société britannique EMI Publishing, aujourd'hui propriété de Sony».

La réalisatrice du film raconte dans National Review que les droits étaient également liés à un certain droit de regard. Le magazine résume ainsi:

«En d'autres mots, les héritiers de King utilisent leur contrôle du copyright pour contrôler la façon dont King est présenté. Ce n'est peut-être pas une surprise qu'aucun film majeur sur King n'ait été produit jusque-là.»

Pour utiliser son discours librement, et à moins d'un retournement de situation, il faudra attendre qu'il tombe dans le domaine public. Ce sera en 2038.

«Martin Luther King avait un rêve. Ses enfants ont une armée d'avocats.» Voilà comment le Boston Globe a décidé de résumer la situation. Le quotidien rappelle que ses trois enfants encore vivants se battent pour l'héritage.

«En jeu, le prix Nobel de la paix de 1964 et sa Bible, que le Président Obama a utilisé lors de sa seconde investiture. Ses deux fils Martin III et Dexter ont apparemment essayé de vendre plusieurs biens familiaux; sa fille, Bernice, les a attaqués en justice pour les en empêcher. A la suite de la décision de justice, les biens en question ont été placés dans un coffre-fort depuis plus d'un an.»

Le Boston Globe rappelle que les enfants ont également poursuivi certains des plus proches amis de leur père. 

«Les querelles familiales concernant l'argent n'ont pas terni l'héritage de King, mais elles ont gâché de nombreuses occasions de l'améliorer.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte