Tech & internet / Économie

Il crée un site d'envoi de paillettes à un ennemi, est dépassé par le succès, met le site en vente en 24 heures

Temps de lecture : 2 min

Le site Ship Your Ennemies Glitter

Un jeune Australien, Mathew Carpenter, a lancé début janvier l’entreprise Ship Your Enemies Glitter, qui signifie «Envoyez des paillettes à vos ennemis», le nom de l’entreprise étant également la description du service proposé. Pour 9,99 dollars australiens, SYEG envoie donc une enveloppe bourrée de paillettes à la personne que vous détestez, l’idée étant que les paillettes se dispersent un peu partout et qu’il est très difficile de s’en débarrasser. Le succès est au rendez-vous puisque, selon le Telegraph, Carpenter a reçu 2.000 commandes, générant 20.000 dollars australiens de revenu quelques heures seulement après son lancement.

Mais voilà, le jeune fondateur s’est vite rendu compte qu’il n’aimait pas tant que ça passer ses journées à remplir des enveloppes de paillettes pour les expédier à travers le monde. Sur le site Product Hunt qui présente chaque jour de nouveaux produits, il a même exhorté les acheteurs à arrêter de passer commande:

«Merci d'arrêter d'acheter cet horrible produit de paillettes, j'en ai assez de m'en occuper.»

Mathew Carpenter a donc annoncé que son entreprise était en vente, 24 heures seulement après la mise en ligne du service, comme il le dit dans ce tweet.

«ShipYourEnemiesGlitter a reçu 1 million de visites, 270.000 partages sur les réseaux sociaux, des ventes à xx.xxx dollars, des tonnes de gens attendant de passer commande. En 24 heures. A vendre.»

Mis aux enchères au prix initial de 1 dollar, SYEG est déjà «valorisée» à 70.800 dollars trois jours avant la clôture de l'enchère.

Sur le site de vente de son entreprise, il explique:

«J’ai lancé ce site comme une sorte de blague, sans espérer ce niveau d’attention […] Ces derniers jours, ça a été stressant de répondre aux demandes des médias, d’autant plus qu’il s’agissait au départ d’un petit projet. Il a pris son autonomie, et je veux le voir continuer à grandir sous la direction d’un nouveau propriétaire.»

Carpenter s’engage également à signer une promesse de ne pas lancer un autre site fournissant le même service pendant les trois prochaines années, et à former pendant 30 jours son repreneur.

En quelques jours, plusieurs concurrents se sont lancés sur le marché de l’envoi de paillettes à un ennemi, mais Carpenter assure que grâce notamment à la viralité du service –2,5 millions de visites en quatre jours– et à l’incroyable couverture médiatique qu’il a reçue, «nous sommes les leaders sur ce marché».

Slate.fr

Newsletters

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels est mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels est mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

À la lumière des agissements outranciers de la Ligue du LOL, il est temps de dénoncer ce médium dont on détourne la raison première pour mieux distiller sa petite haine au quotidien.

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Aux États-Unis, le procédé commence à être utilisé dans des affaires mineures.

Newsletters