Monde

Peut-on lancer un appel du muezzin depuis le clocher d'une cathédrale?

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 17.01.2015 à 10 h 19

Repéré sur NPR, Los Angeles Times

Une telle suggestion a provoqué une controverse violente dans une université américaine

West Campus Union, Duke University, via Wikipedia License CC (Montage photo à partir de deux photos)

West Campus Union, Duke University, via Wikipedia License CC (Montage photo à partir de deux photos)

Des officiels de Duke University en Caroline du Nord aux Etats-Unis avaient annoncé mercredi dernier que l'appel à la prière musulmane serait diffusé chaque vendredi à partir du clocher de la cathédrale du campus. Mais cette décision a provoqué une telle avalanche de critiques et de menaces que l'université a préféré faire marche arrière.

Vendredi, un porte-parole de Duke a précisé qu'à la suite des menaces, ils «avaient des inquiétudes sérieuses et crédibles quant à la sécurité de tous» rapporte le Los Angeles Times.

«Le niveau de haine des appels et des messages que nous avons reçu de gens qui n'ont aucune connexion avec l'université était intense, même terrifiant.»

A l'origine, l'idée était de permettre des membres de l'association des musulmans de l'école de chanter la prière pendant trois minutes chaque vendredi à partir du clocher avec un haut parleur de volume moyen. L'appel, en arabe et en anglais, se fait actuellement à l'intérieur de la chapelle. 

La direction de Duke avait proposé l'utilisation du clocher afin de renforcer l'unité et les valeurs de pluralisme religieux de l'université, où sur 15.000 étudiants, 700 se disent musulmans, rapporte la radio NPR. 

Dans un éditorial, la responsable de la vie religieuse à l'université expliquait que dans un contexte médiatique où l'islam est associé au terrorisme, les musulmans de Duke university représentent un visage pacifique et positif de la religion.

«La cathédrale néo-gothique au coeur du campus de Duke est un symbole de la foi des fondateurs de l'école, mais son utilisation comme minaret permet de réimaginer cette tour en symbole interreligieux» écrivait Christy Lohr Sapp.

Cathédrale de Duke, Via Wikipedia, License CC

Mais rapidement, plusieurs groupes chrétiens ont exprimé leur indignation: il y a eu des posts sur Facebook et des coups de téléphone critiquant violemment la position de l'université. Le pasteur évangélique Franklin Graham, qui n'a pas de lien direct avec l'université, a été particulièrement virulent, tenant des propos dans lesquels il ne fait aucune distinction entre musulmans et membres de l'Etat islamique.

«Beaucoup de posts décrivaient les musulmans comme violents, et citaient les attaques terroristes de Paris» explique l'article du Los Angeles Times.

Depuis ces réactions contre l'appel à la prière, le Centre pour les études islamiques de Duke est protégé par des gardes de sécurité.

Maniant très bien l'euphémisme, le porte-parole de l'université a déclaré: «Ce que nous avions conçu comme un effort d'unification n'a pas eu l'effet escompté.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte