Monde / France

Charlie Hebdo: l'ambassadeur de France aux Etats-Unis n'apprécie pas du tout la couverture médiatique américaine

Temps de lecture : 2 min

Gérard Araud, le 8 janvier 2015. REUTERS/Jim Bourg.
Gérard Araud, le 8 janvier 2015. REUTERS/Jim Bourg.

L'ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, n'apprécie pas du tout la couverture médiatique des attaques sur la France par les médias américains. Comme l'ont relevé nos confrères de Slate.com, il a en effet multiplié les tweets critiques ces derniers jours sur le sujet –ou plutôt, comme le relève un journaliste de The Atlantic, les subtweets, c'est à dire des tweets critiques qui ne précisent pas explicitement à qui s'adresse la critique.

«A qui de droit: il y a des quartiers dangereux en France, comme aux Etats-Unis, mais à cause de la criminalité, pas de l'islam!»

«A qui de droit: il n'y a pas de "tribunal islamique" en France. C'est une affirmation tellement ridicule que j'ai honte de devoir y réagir.»

«Tous ces débats sur la France sur les chaînes de télé américaines, sans un seul Français! Un déluge de clichés»

«J'aime ces experts autoproclamés qui parlent d'un pays imaginaire qu'ils appellent la France. Des histoires à dormir debout.»

«La phrase que je préfère? "La France devrait abandonner sa politique gaulliste raciste". Comme nous disons en France: "Les bras m'en tombent".»

La couverture médiatique des événements aux Etats-Unis a été effectivement critiquée en France, avec pour symbole le plus évident la carte de Fox News parlant de «zones interdites» très étendues aux mains des islamistes radicaux dans plusieurs quartiers de Paris. Sur un plan moins farfelu, le fait que plusieurs journaux américains, dont le New York Times, ait refusé de republier les caricatures de Charlie Hebdo ainsi que la couverture de l'hebdomadaire de cette semaine a été également critiqué –et d'ailleurs aussi critiqué en interne, par la médiatrice du quotidien par exemple. Les différences d'appréciation sur la liberté d'expression entre la France et les Etats-Unis ont également été la source de débat.

Gérard Araud est déjà réputé aux Etats-Unis pour son «légendaire franc-parler» sur Twitter et dans la vraie vie: quand il était ambassadeur de France à l'ONU, il avait envoyé à sa consœur américaine Samantha Power un texto pour la féliciter de sa beauté en pleine réunion du Conseil de sécurité.

Slate.fr

Newsletters

En Arabie saoudite, elle perd la garde de sa fille à cause de photos en bikini

En Arabie saoudite, elle perd la garde de sa fille à cause de photos en bikini

Pendant le procès, son ex-mari a accusé la jeune femme américaine de porter des habits inappropriés et de gérer un studio de yoga.

L'extrême droite grecque ne disparaît pas, elle se recompose

L'extrême droite grecque ne disparaît pas, elle se recompose

Le parti néonazi Aube dorée n'a pas réussi à se maintenir au Parlement lors des élections législatives du 7 juillet. Cela ne doit pas occulter la présence de l'extrême droite au sommet de l'État.

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Newsletters