France

La terrible enfance des frères Kouachi

Temps de lecture : 2 min

Des télévisions montrent les visages de Chérif et Saïd Kouachi, dans un magasin, à Sanaa au Yémen. REUTERS/Khaled Abdullah
Des télévisions montrent les visages de Chérif et Saïd Kouachi, dans un magasin, à Sanaa au Yémen. REUTERS/Khaled Abdullah

A quoi a pu ressembler l'enfance de Saïd et Chérif Kouachi, les deux hommes responsables de la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo, et du meurtre d'un policier dans leur fuite, mercredi 7 janvier? Dans un article publié sur Reporterre et intitulé «L'enfance misérable des frères Kouachi», Eloïse Lebourg donne longuement la parole à Evelyne, responsable d'une association, qui a pu les suivre jusqu'à la mort de leur mère, quand, en 1992 les deux garçons découvrent son corps gisant au milieu de l'appartement.

A l'époque, ils vivaient dans le XIXe arrondissement parisien. Evelyne raconte l'histoire d'enfants qui vivaient sans père, et dont la mère en détresse se prostituait pour «arrondir les fins de mois». Elle se remémore Chérif, le cadet coquin et Saïd, l'aîné plus discret. Et elle se demande ce qu'ils seraient devenus s'ils avaient grandi ailleurs, encadrés:

«Chérif était un enfant comme les autres. Mais il n’aura pas reçu d’amour… Il a trouvé dans le fanatisme religieux, la famille qu’il n’a jamais eue. Ils ont su lui monter la tête. En même temps, c’est facile de s’en prendre à des gamins aussi isolés et fragiles. Personne n’était là pour le remettre dans le droit chemin.»

Marise, qui habitait aussi le quartier, explique:

«Nous sommes responsables de ne pas avoir offert une jeunesse équilibrée à ces mômes, en n’ayant jamais vu la souffrance de leur mère, leur désarroi d’orphelins… Mais ce n’est pas une excuse pour tuer les autres et ne pas avoir le recul face à l’absurdité du fanatisme…»

L'ensemble du reportage est à retrouver sur Reporterre

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters