Monde

Berlusconi porte plainte contre La Repubblica

Temps de lecture : 2 min

Silvio Berlusconi repart en guerre contre le quotidien italien La Repubblica. Le président du Conseil italien a déposé plainte contre le groupe L'Espresso auquel le journal appartient, et demande un million d'euros d'indemnités, pour des propos diffamatoires qui auraient été tenus par le journaliste Giuseppe D'Avanzo. «Pour la première fois dans l'histoire de la presse italienne, les questions d'un journal finissent devant un tribunal civile», écrit le quotidien.

Suite aux scandales ayant trait à la vie sexuelle du Cavaliere, «La Repubblica» avait posé dix questions à Berlusconi, telles que «Fréquentez-vous d'autres mineures que Noémi Letizia? Comment l'avez-vous rencontrée? Trouvez-vous normal d'avoir promis des responsabilités à des jeunes filles qui vous appellent 'Papi'»? Le quotidien lui demande également d'assurer que ses fréquentations «n'ont pas compromis» l'Etat.

Ces questions, quotidiennement publiées dans le quotidien et accessibles sur le site du journal, sont restées sans réponse. Selon les avocats de Silvio Berlusconi, ces interrogations de La Repubblica sont formulées de telle façon que les lecteurs les prennent pour des affirmations. D'où l'attaque pour diffamation. Le Cavaliere a souvent répondu qu'il n'était pas «un saint» mais il a démenti fréquenter des mineures — comme son épouse l'en a accusé, avant de divorcer au printemps — et ignorer la qualité des jeunes femmes invitées dans sa résidence, dont certaines, comme Patrizia D'Addario, sont soupçonnées d'être des escort girls.

El Pais attaqué

Ce qui a déclenché l'ire du président du Conseil, c'est aussi un article de Giampiero Martinotti, directeur général de la Repubblica, qui expliquait dans un papier comment la presse internationale traitait les frasques de Berlusconi, citant notamment les titres et articles du Nouvel Observateur, du Figaro, de Elle ou du Daily Telegraph.

En juin dernier, le président du Conseil italien avait également porté plainte contre «el Pais» après que le quotidien espagnol avait publié des photographies de fêtes données dans la villa du Cavaliere en Sardaigne. Sur ces photos, que Silvio Berlusconi a fait interdire de publication en Italie, montre notamment des jeunes femmes nus ainsi qu'un ancien Premier ministre tchèque dans le plus simple appareil.

[Lire l'article complet sur La Repubblica]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Silvio Berlusconi   Giampiero Sposito / Reuters

Newsletters

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

Forcées de se prostituer pour payer leurs dettes, ces femmes se sont retrouvées à lutter contre la faim en pleine pandémie, abandonnées par leurs proxénètes et par l’État.

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Newsletters