Parents & enfantsFrance

«Tous les élèves de France ont peur, je pense»: une enseignante témoigne sur France Culture

Repéré par Slate.fr, mis à jour le 15.01.2015 à 15 h 21

Repéré sur France Culture

A Marseille, le 2 septembre 2014. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

A Marseille, le 2 septembre 2014. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Depuis l'attentat du 7 janvier, dans les locaux de Charlie Hebdo, beaucoup d'enseignants et de professeurs témoignent et expliquent dans les médias la situation extrêmement complexe à laquelle font face les élèves: ceux qui ont peur des terroristes, ceux qui n'ont pas respecté la minute de silence, ceux qui ont peur de l'islamophobie...

Aude de Lombares, professeur de français au collège Jean-Macé de Clichy (92) était invitée ce mercredi dans l'émission Rue des écoles de notre chroniqueuse éducation Louise Tourret, sur France Culture. L'enseignante explique notamment:

«On a des élèves qui sont malheureux, qui sont en souffrance, qui ont sans doute la sensation d'être dans une France qui ne les aime pas assez. Ils ne trouvent pas leur place: cela renforce les communautarismes. 

L'un des principes de notre devise républicaine est bafoué puisque l'égalité des chances ne leur a pas été réellement donnée. 

Beaucoup de confusion dans leurs esprits, un vocabulaire qu'ils ne maîtrisent pas; des mots qu'ils ont entendu beaucoup dans les médias: l'islamisme qui pour eux veut dire musulmans, il faut réexpliquer tous les termes, qu'est-ce qu'une caricature, la laïcité, qu'est-ce que le blasphème... [...]

[Il faut] prendre le temps de ne jamais s'énerver même si on est choqués, étonnés, les théories du complot, je suis accablée par cet obsurantisme mais j'essaie de le démonter comme je peux; écouter inlassablement, leur montrer le plafond de la chapelle Sixtine leur dire est-ce que c'est un blasphème et finalement quand ils comprennent, il y en a qui me disent "est-ce que les terroristes ils vont casser ça aussi?" parce qu'ils sont inquiets aussi. Ils ont peur. Tous les élèves de France ont peur je pense, pas seulement dans les banlieues. Mais les communautés musulmanes ont peur en plus parce qu'elles subissent le racisme très fortement. J'ai des témoignages d'enfants qui parlent de mamans voilées qui se font cracher dessus sans que personne ne réagisse.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte