Boire & mangerScience & santé

Lutte contre l'obésité: un implant qui envoie des impulsions électriques autorisé aux Etats-Unis

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 15.01.2015 à 16 h 46

Repéré sur Food and Drug Administration, Los Angeles Times, Washington Post, Libération, Bloomberg

Le Maestro Rechargeable System est un nouveau traitement pour la perte de poids des personnes obèses, censé réguler la faim grâce à des impulsions électriques sur un nerf spécifique.

One size fits all/ Ralph Aichinger via Flickr CCLicence By

One size fits all/ Ralph Aichinger via Flickr CCLicence By

La Food and Drug Administration (agence américaine des produits alimentaires et des médicaments) vient tout juste d’autoriser sa mise sur le marché: le Maestro Rechargeable System est un implant qui envoie des impulsions électriques sur un nerf contrôlant l’appétit, pour réguler la satiété, et c’est une première dans le genre.

Comme le précise la FDA dans son communiqué, cet implant vise des personnes d’au moins 18 ans, n’ayant pas pu perdre de poids avec des régimes, dont l’indice de masse corporelle (IMC) est situé entre 35 et 45 (on parle donc d'une obésité «sévère», et, au-delà de 40, d'une obésité «massive»), et ayant au moins une pathologie liée à l’obésité.

Des électrodes implantées dans l’abdomen envoient des impulsions électriques au nerf pneumogastrique, chargé de signaler au cerveau si l’estomac est vide ou plein. Un système de contrôle externe permet de recharger la batterie et d’ajuster les stimulations, avec le moins d’effets secondaires possible. 

Voilà ce qui se passe dans le corps, comme l’explique le Los Angeles Times:

«En supprimant l’échange de messages qui signalent la faim et préparent l’estomac pour les aliments, les courants électriques intermittents font que l’on sent moins la faim, que l’on se sent rassasié plus vite et pour plus longtemps. La plupart des gens mangent donc moins et perdent du poids.»

Mark Knudson, le directeur général de la société qui commercialise cet implant, se félicite. Selon lui, ce système «comble une lacune dans les traitements de l’obésité actuellement disponibles, en offrant une perte de poids cliniquement significative, sans la crainte des effets négatifs qui existent avec la chirurgie bariatrique».

Cela pourrait en effet être une nouvelle alternative entre les options changement d’alimentation/sport/médicaments, et les chirurgies lourdes bariatriques (qui modifient l'anatomie du système digestif, comme l'anneau gastrique par exemple). 

Mais tout cela coûte très cher. Comme le souligne Bloomberg«maintenant, il va falloir convaincre les assureurs de couvrir le prix du gadget, au moins 15.000 dollars (12.894 euros)».  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte