Boire & mangerMondeSlatissime

Des chefs qui servent du foie gras en Californie menacés de mort

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 15.01.2015 à 11 h 42

Repéré sur Huffington Post, NPR

Geese / Steven Lilley via Flickr CC License By

Geese / Steven Lilley via Flickr CC License By

Depuis 2012, une loi votée en 2004 interdisant de vendre du foie gras était devenue effective dans l’Etat de Californie. S’il est toujours interdit d’en produire, un juge fédéral a décidé le 8 janvier que l’interdiction d’en vendre dans l’Etat contrevenait aux lois américaines, se fondant sur une loi sur la régulation du commerce des produits issus des volailles destinés à l’alimentation. 

La loi interdisant la vente de foie gras était attaquée en justice par un éleveur de volailles de l’Etat de New York, un groupe de restauration basé à Los Angeles et l’Association des éleveurs de canards et d’oies du Québec. Le chef étoilé du restaurant La Toque dans la Napa Valley, Ken Frank, a réagi le jour même, s’empressant de déclarer que le foie gras «serait au menu ce soir». Le retour en grâce du foie gras «veut dire que les chefs de Californie peuvent cuisiner avec leur ingrédient favori, comme les autres chefs n’importe où dans le monde», rapporte le SF Gate.

Dans le Huffington Post quelques jours plus tard, le même chef explique qu’il a reçu des menaces de mort, détaillant même la manière dont il devait mourir: «Une bonne partie d'entre eux parle de m'enfoncer un tuyau dans le cul ou dans ma gorge. Mais ceux qui aimeraient me voir pendu par les pieds et saigné à mort sans anesthésiant sont les plus perturbants», juge-t-il en gardant son sens de l’humour.

Le propriétaire du restaurant Hot’s Kitchen, qui fait partie des plaignants dans l’affaire, affirme avoir lui aussi reçu des menaces de mort.

Les défenseurs de la cause animale ont fait du foie gras, qui implique le gavage d’oies ou de canards par un tube de métal pour engraisser leurs foies, une cause emblématique. L’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) a répondu au Huffington Post que ses membres étaient «sceptiques» et doutaient de la véracité de ces menaces. 

«Quiconque est assez désespéré pour vouloir servir des foies engraissés et malades d’oiseaux torturés est certainement capable de faire un gros mensonge.»

Ajoutant à propos de Ken Frank que «ce gros macho» devrait «reconnaître qu’être un homme implique d’avoir un cœur».

Selon Ken Frank, il est possible d’élever des oies dans des conditions humaines, et il assure qu’il n’a pas vu de souffrance lorsqu’il a visité des élevages. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte