Culture

Comment est née Alexia, le premier personnage transgenre digne de ce nom en France

Marion Olité, mis à jour le 15.01.2015 à 7 h 37

Dans «Paris», une série Arte, Sarah-Jane Sauvegrain incarne le premier personnage transgenre non caricatural dans une série française

Sarah-Jane Sauvegrain dans «Paris» © Pierre Vialle/Son et Lumière

Sarah-Jane Sauvegrain dans «Paris» © Pierre Vialle/Son et Lumière

Sa voix, sa féminité et son sourire illuminent Paris. Pivot de cette mini-série chorale qui se déroule sur 24 heures, elle envoûte dès les premières minutes par une performance scénique captivante. Puis elle referme l'histoire sur une séquence finale pleine d'espoir. 

Qui est-elle? Alexia, le premier vrai personnage transgenre de la télé française, qui ne fait pas de la figuration dans une série policière, que l'on ne confond pas avec un travesti, et que l'on n'assimile pas systématiquement à la prostitution. «J'ai écrit ce personnage parce que c’était important. La série n’aurait pas été la même sans Alexia», explique la scénariste Virginie Brac.

Sarah-Jane Sauvegrain, la perle rare

Dénicher la bonne personne pour incarner ce personnage si particulier n'a pas été chose aisée, confirme le réalisateur Gilles Bannier. Après Engrenages (saison 2) et Les beaux mecs, il reforme son duo artistique gagnant avec Virginie Brac. «On a tout essayé. Faire jouer la comédie à des transgenres, prendre un acteur. On n'a jamais trouvé la bonne formule. Ensuite, on a rencontré des actrices.»

Pour aborder au mieux leur réalité, toute l'équipe a rencontré des personnes transgenres. Deux constats s'imposent: le personnage d'Alexia ne doit pas trahir leur vérité, et son interprète ne sera pas un transsexuel. «On n'en a tout simplement pas trouvé, explique le cinéaste. Leur vie est si compliquée que jouer la comédie ne va pas de soi.»

Inspirée par la mini-série anglaise Hit & Miss, dans laquelle Chloë Sevigny interprète avec talent une transsexuelle, l'équipe cherche alors la perle rare du côté des actrices. 

Chloë Sevigny dans Hit& Miss © Sky Productions

Bannier est séduit par le naturel de Sarah-Jane  Sauvegrain. La jeune femme possède une belle voix grave atypique, mixée pour les scènes de cabaret avec la voix aiguë de Hervé Salters, leader du groupe General Elektrik et compositeur de la musique de Paris.

Croisée au cinéma dans La vie au ranch (2009) et déjà sur Arte dans Ainsi soient-ils, l'actrice tient là un rôle marquant. «Gilles Bannier m'a dit: "N'essaie pas de jouer le mec"» se souvient-elle: 

«J'ai compris qu'il voulait quelque chose d'excessivement féminin. Même si le personnage est encore en transformation, il s'agissait de jouer une femme qui s'est toujours sentie femme. J'ai travaillé sur la douceur et la féminité, en accentuant quelques détails, comme les faux-cils.»

Sarah-Jane Sauvegrain dans Paris saison1

LA scène

Dans le premier épisode de Paris, une des scènes ne manquera pas d'interpeller. Alexia a recueilli chez elle un jeune garçon en fugue. Elle se repose un moment dans sa chambre, un drap découvrant sa poitrine naissance. Le garçon, curieux, dégage alors entièrement le drap, laissant découvrir le pénis d'Alexia. Une séquence qui fait écho à celle de Chloë Sevigny dans Hit & Miss, où son corps est dévoilé alors qu'elle prend une douche. Dans Paris, elle revêt un sens particulier: 

«C'est une scène belle et pudique. Elle intervient à un moment où la sexualité du jeune garçon est questionnée, analyse Virginie Brac. Il découvre qu’on n’est pas obligé d’avoir une étiquette. Elle le bouleverse. Il ne sait peut-être pas lui-même de quel côté il va aller».

Une scène dont Sarah-Jane Sauvegrain garde un souvenir amusé. «La séquence a été délicate à tourner avec cette sublime petite prothèse (rires). J'étais déjà un peu gênée au moment de sa conception, car il a fallu faire un moulage.»

Au début, la comédienne n'est pas franchement convaincue de l'utilité de montrer le sexe d'Alexia: «Mais Gilles a montré ça à travers les yeux d'un enfant, et ça fait toute la différence. J'ai trouvé ça très percutant. Dans cette scène, on suit le regard de l'enfant. Il demande «Tu es quoi?». On ne sait pas qui on est. On est ce qu'on essaye d'être.»

Dans la scène, elle lui répond: «Je suis moi».

Un personnage positif et réaliste

Avec Alexia, Virginie Brac va plus loin que n'importe quelle série française avant elle. Pour contre-balancer l'image négative des transgenres dans l'inconscient collectif, le personnage est d'une positivité et d'une bonté à toute épreuve. 

La mini-série refuse les caricatures habituelles (pas d'amalgame avec les travestis façon Priscilla folle du désert, pas d'extravagance almodovarienne), quitte à sacraliser le personnage. «Elle transcende la série, confirme la scénariste. Je la vois comme une sorte d’ange du troisième sexe, qui traverse la journée. Elle caractérise la pureté.»

Au milieu d'une poignée de protagonistes plus ou moins névrosés, Alexia apparaît en effet comme la plus équilibrée. Chanteuse talentueuse, amoureuse d'un homme de pouvoir, généreuse avec ses amis comme avec des inconnus, elle ne vit pas que par sa transsexualité. «On les montre souvent très solitaires, très rejetés, drogués..., commente Sarah-Jane. Ce personnage offre un message d'espoir. Alexia est avant tout une femme amoureuse. Et cet homme ne l'utilise pas. Il est réellement amoureux et prêt à quitter sa femme pour elle.»

La série n'élude pas pour autant les problèmes auxquels une personne transgenre doit faire face: la lente transformation du corps, le traitement lourd, et bien souvent l'incompréhension de l'entourage et le rejet familial. Ces sujets graves sont abordés avec subtilité, sans fatalisme. «D'accord, ses parents n'acceptent pas Alexia, mais ça ne l'a pas empêchée de vivre, analyse Sarah-Jane. C'est une combattante qui se dit: "Je ne suis pas simplement le fruit de mes parents. Je suis aussi ma propre graine et je vais germer comme j'ai envie"».

Parfois, la réalité est plus sombre. L'actrice confie qu'elle a repensé à son rôle en décembre dernier, en lisant un article sur Leelah Alcorn, cette jeune transsexuelle américaine vivant dans l'Ohio. Rejetée par sa famille, elle a mis fin à ses jours et laissé une lettre d'explication. «Elle a écrit précisément les mots d'un de mes textes: "Depuis toute petite, j'ai la sensation d'être une femme emprisonnée dans un corps d'homme".» 

Comme Gilles Bannier, Sarah-Jane Sauvegrain espère surtout que la communauté transgenre se retrouvera un petit peu dans ce rôle. «C'est la seule chose qui m'inquiète. Si l'un ou l'une d'entre eux se reconnaît dans Alexia, le pari sera gagné.»

Alexia n'est pas un personnage de transsexuelle parfait. Sans doute emprunte-t-elle encore aux clichés, en travaillant par exemple dans le monde de la nuit, habillée de sa robe scintillante et de ses talons hauts. Mais ce personnage positif et lumineux constitue un indéniable pas en avant vers une représentation plus réaliste et variée des transgenres dans la fiction française.

Paris

De Gilles Bannier et Virginie Brac, avec Sarah-Jane Sauvegrain, Nanou Garcia, Eric Caravaca

6 épisodes diffusés les 15 et 22 janvier sur Arte.

Voir sur Allociné

Marion Olité
Marion Olité (2 articles)
Journaliste
sériesAlexiaParisARTEtransgenre
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte