Partager cet article

La Suède fait chanter les vagins et les pénis et râler les parents

Une émission éducative diffusée à la télévision parle d’organes génitaux aux enfants et en musique.

«La foufoune est géniale, oui vous pouvez le croire! Même sur une vieille dame, la foufoune a trop la classe.»

C’est la traduction très approximative d’un extrait de la chanson diffusée sur la chaîne suédoise SVT Barnkanalen dans Bacillakuten. C’est une émission éducative qui explique aux enfants comment fonctionne le corps humain, un peu à la manière d’un «Il était une fois la vie» mais en beaucoup plus décomplexé et avec l’aisance suédoise quand il s’agit de traiter de sexualité ou de genre.

Pour aborder la délicate mais nécessaire question des organes génitaux, la chaîne a fait appel au compositeur habituel de l’émission, Johan Olstrom qui a écrit les paroles qu’il juge «éducatives et amusantes» et dont sa propre fille de 3 ans raffole. C’est SVT qui a mis la chanson en images avec un pénis sautillant et chapeauté, et un vagin aux longs cils maquillés, avec, quand même, des formes et des contours plutôt réalistes.

Les paroles, traduites à l’aide de Google Translate par le site Madmoizelle disent ceci (à peu près hein)

«Popi-dip-pop snippedi pénis!

Voici sa bite en plein galop.

Celui qui n’a pas de pantalon

Zizi ballant et barre de cul.

Snippe-dip-dip-snippedi-dou!

La foufoune est géniale, oui, vous pouvez le croire.

Même sur une vieille dame

La foufoune est si élégante.

Elle est différente avec presque la même chose

Pipi à travers le pénis ou la foufoune si vous êtes une fille.

Zizi et Zézette quelle équipe

Zézette et Zizi chante notre choeur

Zizi et foufoune sur nos corps

Snippe-dip dip snippedi-zizi!

Popi-dip-op snippedi zizi

Accroché et brandi dans un petit corps

Snippe-dip-dip-snippedi-dou

La foufoune est cool, bébé je t’aime.»

(Gros doute sur la présence du mot «bite», quand même)

Si tout n’est pas bien clair, on comprend néanmoins que l’idée générale est probablement d’inciter les enfants à observer et connaître leur propre corps

Evidemment, des organes génitaux sautillants qui chantonnent des paroles plutôt crues, ça n’est pas du gout de tous les parents. Le site TV Dags reprend les commentaires outrés de nombreux parents, certains allant jusqu’à évoquer un programme «pédophile» ou «pornographique».

«Ce truc est dégueulasse. Je refuse que mes enfants voient ça»

«Voilà comment la sexualisation de la société se poursuit dans un véritable esprit démocratique libéral. Pourquoi diffuser un programme pour enfants si subtilement empreint de messages marxistes, si ce n'est pour endoctriner nos enfants?»

Pour éteindre la polémique, la chaîne a bloqué les commentaires sur YouTube et appelé les internautes à garder leur calme sur sa page Facebook. Caroline Ginner, responsable éditoriale de l’émission a, elle, réagi avec sarcasme:

«Vous pouvez garder le secret et faire en sorte que vos enfants ignorent qu’ils ont un pénis ou une vulve au moins jusqu’à leur 18 ans, en espérant très fort qu’ils ne se rendent compte de rien.»

On peut s’étonner du fait que même dans un pays où l’éducation sexuelle a été rendue obligatoire dans les écoles dès 1955, ce type de séquence fasse quand même enrager. On peut surtout se demander ce qu’une telle chanson provoquerait aujourd’hui si elle était diffusée en France, sur Gulli.

En attendant que nos chaînes à nous aient l’audace de faire chanter «les zizis et les zézettes», d’autres ont pris l’initiative de lancer leur propre programme éducatif pour parler de sexualité aux enfants. Quitte à tutoyer les frontières du malaise, quitte surtout à être qualifié de «légions du démon» dans les commentaires.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte