Monde

Le numéro deux de la liste des cibles d'al-Qaida tient un stand de frites en Floride

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 13.01.2015 à 17 h 08

Repéré sur Brandenton Herald

La liste des cibles d'al-Qaida, publiée en mars 2013.

La liste des cibles d'al-Qaida, publiée en mars 2013.

Le pasteur américain Terry Jones est le numéro deux de la liste des cibles d’al-Qaida, cette même liste sur laquelle figurait Charb, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo qui fait partie des douze personnes assassinées lors de l’attaque contre son journal le 7 janvier.

Terry Jones est devenu mondialement célèbre en 2010 pour avoir menacé de brûler des exemplaires du coran pour commémorer les attaques du 11 septembre 2001. Un plan qu’il ne mit finalement à exécution que l’année suivante, causant au passage des protestations dans le monde arabe tuant plusieurs personnes, et provoquant un attentat mortel en Afghanistan contre les Nations unies. En 2013, il avait annoncé qu'il voulait faire évoluer légèrement la formule de son autodafé, brûlant 2.998 exemplaires, un par victime du 11-Septembre, mais avait été arrêté avant. 

Terry Jones est bien vivant, et selon la presse américaine il est gérant d’un snack de frites dans un centre commercial du comté de Manatee en Floride, Fry Guys Gourmet Fries, dont le slogan est «Nous prenons les frites au sérieux». Interrogé par un journal local, le Bradenton Herald, le pasteur fait état d’une patrouille policière qui passe deux fois par jour devant chez lui pour toute protection. Loin de se cacher, Jones a même choisi pour logo un dessin le représentant en compagnie des deux autres copropriétaires de ce snack dont il compte faire une chaîne. Ce n’est qu’après-coup qu’il s’est rendu compte que le dessin était très ressemblant, et a décidé de le retirer du mur.

Tristement célèbre, la liste d’al-Qaida publiée dans la revue djihadiste Inspire en 2013 est mise en page façon western, avec les photos des cibles skotchées comme sur un panneau, et le slogan «Wanted, Dead or alive for crimes against islam». «Recherché, mort ou vif, pour crimes contre l'islam.»

«Nous ne sommes pas effrayés», a affirmé au journal Terry Jones, dont le frère a eu l’idée d’ouvrir ce restaurant. «Nous n’allons pas fuir et nous cacher. S’ils viennent, nous allons tenter de les avoir avant qu’ils ne nous aient.»

Le numéro un de cette liste est l'ancien rédacteur en chef de Jyllands-Posten, le journal danois qui, le premier, avait publié en 2005 les caricatures de Mahomet reprises en 2006 par Charlie Hebdo. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte