France

Le PS met la charrue avant les boeufs

Temps de lecture : 2 min

Le chroniqueur politique des Echos Eric Dupin estime sur son blog que les socialistes mettent la charrue avant les bœufs en parlant déjà de l'organisation des primaires pour la présidentielle de 2012. Selon lui, «cette infantile revendication ignore une triste réalité. Si le PS abrite plus de talents que tout autre parti, il ne dispose aujourd'hui en son sein d'aucun bon présidentiable».

L'organisation même des primaires risquent d'être très procédurales: qui seront les sympathisants, choisit-on le candidat de la gauche, du progrès...

De plus, pour le journaliste, «l'émouvant cliché d'une sainte convergence de Marielle de Sarnez à Robert Hue, réussi par Vincent Peillon à Marseille, est un trompe-l'œil. Il masque la tentation d'une redéfinition des alliance d'un PS qui cesserait de tendre la main sur sa gauche pour travailler avec une partie des écologistes et des néocentristes».

Le plus important aujourd'hui pour Eric Dupin est que chaque leader définisse sans faux semblant son projet et ses envies d'alliance.

Lire sur le même sujet, Oui aux primaires ouvertes, Que signifie des primaires ouvertes? et Pétition pour des primaires ouvertes.

[Lire l'article complet sur le blog les murmures d'Eric Dupin]

(Image de Une: logo du PS, site officiel)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters