Monde

«L'étrange libération» du Français kidnappé en Somalie

Temps de lecture : 2 min

L'évasion de l'un des deux agents français enlevés le 14 juillet dans un hôtel à Mogadiscio suscite de nombreuses questions, explique Le Monde.

Selon les premières versions, l'otage aurait tué l'un de ses geôliers et s'était enfui. Réapparu mercredi matin, il s'est présenté sous le nom de Marc Aubrière et a donné sa propre version des faits sur RFI: il se serait échappé pendant que ses gardes, qui avaient oublié de fermer sa cellule, dormaient.

Dans cette version, Aubrière aurait traversé une partie de Mogadiscio, sans que personne ne prête attention à lui. «Il est particulièrement difficile de circuler discrètement à Mogadiscio. Même dissimulé dans un véhicule», explique le journaliste du Monde, plus circonspect

Une source proche d'un commandant impliqué dans l'enlèvement des deux agents, assurait au Monde il y a quelques jours que des «négociations» étaient en cours pour la libération des deux hommes, venus en Somalie dans le cadre d'un contrat de formation d'une unité de protection rapprochée du président somalien et suspectés d'etre des services secrets français. Leurs ravisseurs avaient été identifiés comme des membres de l'escorte du ministre de la sécurité, un proche de l'actuel président Cheikh Chariff Cheikh Ahmed.

Il aurait pu s'agir d'une libération contre rançon. Paris a démenti en avoir versé une.

[Lire l'article complet sur Lemonde.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Carte Somalie, wikimedia CC


Newsletters

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Qui donc a assassiné Amar Singh Chamkila, musicien et grande voix du Pendjab?

Comme sa femme et deux de ses amis, Amar Singh Chamkila a été abattu le 8 mars 1988 dans la petite localité de Mehsampur, au nord de l'Inde. Un acte en apparence politique, mais dont le mobile fait encore aujourd'hui l'objet de doutes.

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

Fruit d'un travail conjoint entre le sénateur démocrate Tim Kaine et la sénatrice républicaine Susan Collins, cette proposition bipartisane est notamment rejetée par la sénatrice progressiste Elizabeth Warren.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio