Monde / France

Le New York Times n'a pas republié les caricatures de Charlie Hebdo pour ne pas choquer ses lecteurs, notamment musulmans

Temps de lecture : 2 min

La une du New York Times du 8 janvier 2015.
La une du New York Times du 8 janvier 2015.

Quotidien le plus prestigieux des États-Unis, le New York Times s'est-il montré «lâche» en ne reproduisant pas les caricatures de Charlie Hebdo, qui avaient causé une violente polémique ces dernières années? La médiatrice du quotidien, Margaret Sullivan, a tenté de répondre à cette question, qu'ont posée de nombreux lecteurs et commentateurs, en interrogeant le directeur de la rédaction, Dean Baquet.

Ce dernier lui a expliqué qu'il avait initialement pensé mercredi qu'il fallait que le New York Times republie les caricatures, pour des raisons «informatives» et de «solidarité», et avait consulté le reste de la hiérarchie du journal ainsi que ses bureaux à l'étranger, qui lui avaient dit que cette décision ne posait pas de risque pour leur sécurité. «J'ai sollicité beaucoup d'avis, et j'ai changé d'avis deux fois», explique Dean Baquet, qui s'est finalement prononcé contre la publication pour ne pas offenser la sensibilité d'une partie du lectorat du New York Times, notamment ses lecteurs musulmans.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters