Science & santé

Le tube pneumatique a encore de beaux jours devant lui

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 08.01.2015 à 16 h 09

Repéré sur FAZ, Golem

Capture d'écran de la vidéo du Chaos Computer Club

Capture d'écran de la vidéo du Chaos Computer Club

Plus de 150 ans après l'invention du transport par tube pneumatique, de nombreuses entreprises allemandes ont toujours recours à cette technique pour transporter documents, argent et petit objets à l'intérieur de leurs locaux. C'est notamment le cas des cliniques et des hôpitaux, où ce système est apprécié pour sa rapidité.

Le plus grand réseau de tubes pneumatiques –une invention britannique datant du XIXe siècle– encore en activité en Europe se trouve d'ailleurs en Allemagne, à l'école de médecine de Hanovre, rapporte le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung: 50 kilomètres de tuyaux courant à travers un bâtiment de huit étages:

«Radiographies, échantillons de sang, d'urine ou de tissu humain: environ 20.000 fois par semaine, les employés envoient des continus dans des capsules en plastique à travers les tuyaux en utilisant la pression. Le trajet du courrier en bouteille dure quatre minutes sur le plus long circuit –on la ferait à pied, cela durerait dix minutes de plus.»

L'un des plus grands fabricants au monde de tubes pneumatiques se trouve aujourd'hui en Allemagne: l'entreprise souabe Aerocom réalise chaque année un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros et livre plus de 80 pays, parmi lesquels la France, les Etats-Unis et la Chine. Ces dernières années, la demande est en forte augmentation en Asie du Sud-Est, chez les pays arabes et d'Amérique latine:

«Là-bas les exploitants de stations-service ou de supermarchés sont de plus en plus nombreux à faire confiance au transport par tube pneumatique plutôt qu'aux transporteurs de fonds: en éliminant le facteur de risque “être humain”, ils acheminent ainsi l'argent liquide de la caisse au coffre-fort.»

En décembre 2013, lors du congrès annuel du Chaos Computer Club à Hambourg, des hackers avaient construit un réseau de tuyaux de deux kilomètres de long qui circulait à vue à travers les salles du palais des congrès de Hambourg. 


Alimenté par un réseau d'aspirateurs et dotée de 14 nœuds et stations, la «Seidenstrasse 2.0» (route de la soie 2.0) permettait aux visiteurs du congrès de s'envoyer messages et petits objets dans de petites bouteilles en plastique. Une manière de matérialiser le cheminement des e-mails comme quand ils circulaient en mode store and forward, comme l'expliquait alors Frank Rieger, porte-parole du club de hackers allemands au magazine informatique Golem, tout comme les possibles attaques du réseau, montrant lors de la présentation du projet la photo d'un hacker équipé d'une scie.

Un risque à prendre en compte par les utilisateurs du transport par tube pneumatique. Comme le rappelle la Frankfurter Allgemeine Zeitung, c'est ce qui est arrivé à un casino berlinois en 1981, où des voleurs avaient scié le tuyau qui filait entre la salle de jeux et le coffre-fort et détourné ainsi plus d'un demi-million de marks de recettes.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (344 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte